AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 oh, take me back to the start | costings.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

AND YOU SAID YOU ARE
U N C O N S O L A B L E

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: DOWNTOWN, n°137.
Luck's karma: il va être père.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: oh, take me back to the start | costings.   Mer 14 Mar - 19:51


Nobody said it was easy
It's such a shame for us to part
Nobody said it was easy
No one ever said it would be this hard
Oh take me back to the start

@chase eagleson

Solitude libératrice. Voilà des jours qu'il erre comme ça. Comme une âme en peine qui cherche son chemin, sans vraiment parvenir à le trouver pour autant. Un jour dans ce quartier, le lendemain dans l'autre ; il y revient toujours, à l'océan. Son océan. Celui qui lui a tant donné, tant pris, aussi. Son frère, ses collègues plus récemment. Un morceau de son âme sans doute, au passage. Il reste debout, sur le ponton, le regard vide. Reste de bout pour contempler l'immensité, les rares vagues qui perturbent la surface. Parfois, il se dit qu'il aurait dû se laisser couler, lui aussi. Partir, avec eux. Qui est-il pour mériter d'être encore là aujourd'hui ? Pourquoi lui et pas un autre ? L'amertume lui colle au palais, un frisson désagréable lui lèche l'échine. Il aimerait tant que tout cela ne soit jamais arrivé. Qu'il ne soit jamais monté dans cet hélicoptère ce jour-là. Qu'il n'ait jamais décidé de sauter à l'eau le premier. Il aimerait tant revenir en arrière, à quand tout était plus simple. Quand les jours étaient doux, composés d'exercices, de sauvetages peu risqués, et de Liv. Oh, Liv. Le palpitant loupe un battement alors qu'il songe à elle. Riggins. Son cœur se serre, comme ses phalanges sur le tissu de son sweat. Liv qui le regarde dériver. Liv qui assiste à sa lente descente aux enfers. Liv qui n'a rien demandé, mais qui subit, jour après jour. Il s'en veut, même s'il ne le dit jamais à voix haute. Parfois, il est tenté de lui dire de partir. De ne plus perdre son temps avec lui. Mais l'équation n'est pas si simple, car un petit être s'est frayé une place au milieu. Mattie. Son fils. Enfant abandonné, au même titre que sa mère, en cette nuit fraîche. Comme hier. Et avant-hier. Et beaucoup trop de nuits qui s'allongent et s'accumulent. Besoin d'être seul. De se plonger dans le silence, de se promener pour tuer les insomnies. Les cachets ne font plus effets, apparemment. Et comme trop de soirs, il attend trois heures du matin pour revenir sur ses pas, pour retourner chez elle, chez eux peut-être, il ne sait plus vraiment désormais. Il tient l'équilibre, même quand son âme vacille, il rejoint la porte et entre en cherchant à se faire silencieux, à ne réveiller personne. Mais il y a de la lumière dans le salon, ou peut-être bien dans la cuisine – peut-être a-t-il juste oublié d'éteindre en partant pour son périple nocturne. Il entre, ferme, les clés tombent sur le plancher dans un fracas qui lui semble terrible. Il grimace et ramasse l'objet du crime, appréhendant déjà de la voir là, éveillée.

_________________

    lost along the way

    He says that he got in trouble and if she doesn't mind, He doesn't want the company. But there's something in the air, they share a look in silence and everything is understood. She says, Don't let go, Never give up, it's such a wonderful life. @hurts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

NOT A GIRL, A STORM WITH SKIN

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: north district.
Luck's karma:
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: oh, take me back to the start | costings.   Mer 28 Mar - 21:16

Every night, I dream you're still here.
The ghost by my side, so perfectly clear.

@digitaldaggers

Depuis un petit temps, chaque nuit est différente. Chaque nuit, l'angoisse prend un peu plus place dans le quotidien de la jeune femme. Il pourrait s'agir de l'arrivée d'un enfant dans le foyer. Les bambins sont bien connus pour faire vivre un enfer aux parents les premiers mois, à pleurer en plein milieu de la nuit. Ce n'est à vrai dire pas le cas pour Mattie, qui s'est assez vite accommodé à sa nouvelle vie hors du confort maternel. Il s'est d'ailleurs habitué tellement rapidement que Liv s'est précipité pour demander conseils aux professionnels. Afin de vérifier si tout ceci était normal. Ce qu'on lui a confirmé. Mattie est en pleine forme. C'est à ce moment-là qu'elle s'est rendu compte qu'un enfant, ça bouleverse toute votre vision du monde, du danger. Un coup de vent devient alors si dangereux à vos yeux. Elle pensait déjà tenir beaucoup à une personne, mais il s'agit là d'un tout autre niveau. Un enfant. Son enfant. Leur enfant. Elle donnerait tant pour que jamais, il ne lui arrive rien. Il n'y a qu'à voir son visage rond, toucher ses bébés cheveux, sentir son odeur. Une si belle thérapie. C'est donc ça, l'amour inconditionnel. Être parent. Mattie est une source d'inquiétude depuis qu'il a ouvert les yeux dans ce monde, mais il n'est actuellement pas la source de toutes ses angoisses, loin de là. Sam, c'est une autre histoire.. Bien qu'avant, elle était trop fatiguée pour s'en rend compte, c'est désormais le cas. Il n'est plus là. Présent. Physiquement oui. Mais c'est tout. Et encore. La preuve ce soir encore, il est deux heures du matin et il n'est pas là. Liv va toujours se coucher la première mais n'est jamais rejointe par le jeune homme. La première nuit où elle s'en est rendu compte, elle a tout d'abord été surprise, par le vide à ses côtés dans le lit. Puis, surprise de ne le trouver nulle part, elle a fini par paniquer. Elle a voulu l'appeler, puis, à côté de son téléphone, se trouvait le sien. Elle est restée éveillée toute la nuit cette soirée là, une fois qu'il est rentré, elle a fait semblant de dormir. Elle sait. Qu'il traverse quelque chose. Qu'il lui en parlerait s'il en avait envie. Elle n'est pas en position de comprendre. Elle aimerait tellement comprendre. C'est pourquoi, cette nuit là, la boule au ventre, elle décide de changer de tactique. Cette nuit là, elle referme soigneusement la porte de la chambre de Mattie, elle descend au salon, se prépare un thé, se dit qu'elle passera au café si elle sent qu'elle ne tiendra pas avant son retour. Mais le thé suffit finalement. Quand elle entend la porte d'entrée, elle se relève enfin, le cœur battant et se dirige en sa direction, les bras croisés, comme par peur qu'on puisse entendre son cœur s'exciter depuis des kilomètres. « Si je ne te connaissais pas aussi bien, on pourrait penser que tu as une aventure Costello. » Elle ne l'a pas appelé ainsi depuis un moment. Costello. Ça ramène à l'origine de tout. Cela insinue, maintenant, parlons franchement toi et moi, comme si ta vie n'était pas liée à la mienne à travers le petit être allongé au-dessus de nos tête. Comme si le moment était venu d'être brutalement honnête. « C'est quand la dernière fois que tu as réellement passé une nuit entière à mes côtés dis moi ? » Elle ne sait pas quoi dire vraiment, par où commencer. Elle a beau ressasser tout ça depuis plusieurs, elle ne s'est jamais confronté à la réalité jusqu'ici.

_________________

— every star is a possible death, we gave them names we called them cancers called them accidents


Dernière édition par Liv Riggins le Sam 31 Mar - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordinarypeople.1fr1.net

AND YOU SAID YOU ARE
U N C O N S O L A B L E

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: DOWNTOWN, n°137.
Luck's karma: il va être père.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: oh, take me back to the start | costings.   Sam 31 Mar - 11:50

Tell me what I have to say
If you know what's right then you'll walk away
When the walls come down

@kings of leon

Il n'a pas envie de leur faire du mal en étant là, alors il s'en va. Et paradoxalement, il leur en fait deux fois plus. Alors, où est-il censé se mettre ? Qu'est-ce qu'on attend de lui ? Qu'est-ce qu'il peut bien faire, quand ses démons l'attaquent la nuit ? Il ne veut pas inquiéter Liv. Pas lui faire peur. Il ne veut pas qu'elle comprenne qu'il ne sera plus jamais le même. Qu'il devra à jamais vivre avec cette culpabilité injustifiée. Et si, et si, et si. Il pourrait refaire le monde avec des « et si ». Surtout, il pourrait leur éviter de mourir. Éviter les regards en biais de leurs familles endeuillées. Éviter de ne pas savoir comment réagir, quoi leur dire. Éviter ces cicatrices des opérations, qu'il gardera à vie. Éviter d'avoir à fuir comme il le fait trop souvent la nuit. La fuir elle, et cet enfant qu'elle a mis au monde. Mattie. Il est si précieux, même si Sam n'arrive plus à le montrer. Il donnerait tout pour lui, pour ce petit être, ce petit morceau d'eux qui les a un jour éloignés, avant de brusquement les rapprocher. Elle est là, quand il se redresse avec les clés. Là avec son regard qui pose mille questions et ses lèvres qui préfèrent détourner la réalité dans une tentative d'humour – du moins, c'est ainsi qu'il le prend. Il se contente de sourire, d'échapper une maigre amorce de ce qui aurait pu être un éclat de rire, autrefois. « Mais tu me connais bien, alors pas de quoi s'inquiéter. » Il repose les clés sur le meuble et s'approche d'elle d'un pas lent. Il visse son regard fatigué dans le sien, y cherche un peu de chaleur, de réconfort. Il fait comme si la question ne l'atteignait pas, se contente de hausser légèrement les épaules. « On passe toutes nos nuits dans le même lit, Liv... » La prendre pour une idiote ? Non, il ne se le permettrait pas. Il essaye juste d'esquiver le problème. Il n'a pas envie d'avoir cette conversation maintenant, ni jamais, à vrai dire. Il préfère fuir, comme tout le reste, car c'est bien plus facile. Mille fois plus facile que de la regarder droit dans les yeux pour lui dire tout ce qui ne va pas, ce qui ne va plus chez lui. Lui parler des fantômes et des démons qui rongent ses nuits. De ses regrets, de ses incertitudes, de ses pensées sombres et parfois sinistres. « La question, c'est plutôt ce que toi, tu fais encore debout. Il se fait tard... » Une main qu'il glisse sur la joue de la blonde, un tendre sourire glissant sur ses lèvres. Il dépose un baiser sur son front et s'arrache déjà à ce simulacre d'étreinte pour rejoindre les escaliers. « Tu devrais venir dormir, Riggins. » Il s'efforce de sourire, de lui rendre la pareille pour le Costello presque sec de tout à l'heure. Une marche après l'autre, il oublie les douleurs dans son corps pour rejoindre l'étage. Se tourne une dernière fois vers elle avant de disparaître dans la pénombre. « Mattie dort ? » Dévier la conversation oui. Faire comme si tout allait bien.

_________________

    lost along the way

    He says that he got in trouble and if she doesn't mind, He doesn't want the company. But there's something in the air, they share a look in silence and everything is understood. She says, Don't let go, Never give up, it's such a wonderful life. @hurts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

NOT A GIRL, A STORM WITH SKIN

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: north district.
Luck's karma:
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: oh, take me back to the start | costings.   Dim 1 Avr - 18:37

do you really wanna go back in time?
@thedo

Pas de quoi s'inquiéter. Son sang ne fait qu'un tour à ces quelques mots. Demie fureur qu'elle réprime, en encastrant ses ongles dans la paume ses mains. Par le passé, elle ne se serait pas retenue de cracher ce qu'elle avait sur le cœur. Disons qu'elle a au moins mûri sur ce point. Ou disons seulement qu'elle ne veut pas que les tons deviennent blessants. Même si, cette simple phrase fait déjà un peu mal. Liv n'est pas dupe et bien entendu qu'elle s'inquiète. Comment en faire autrement quand elle l'observe, perdre le sourire, perdre l'envie, perdre une partie de lui-même. Ils passent peut-être toutes leurs nuits dans le même lit, mais pas sur le même fuseau horaire, c'est certain. Là aussi elle ne préfère pas s'exprimer. Il est plus proche désormais, et pourtant, la jeune femme ne peut pas s'empêcher de le sentir si loin d'elle, si loin de tout. Certes, il n'a pas perdu toutes les petites attentions, mais son toucher à quelque chose de différent, presque plus hésitant, plus fébrile. Comme s'il ne savait plus comment se comporter avec elle. Ou peut être que c'est juste la paranoïa qui parle. Elle ne sait tellement plus quoi penser de tout cela qu'elle doit s'en créer, des scénarios, dans le processus. « Je suis encore debout parce que malgré ce que tu peux dire, je m'inquiète réellement pour toi Sam... » Sam. Une transition un peu sèche. Elle n'a pas eu assez de foi pour rester sur le ton plus léger de Costello. Ses bonnes résolutions n'auront pas tenues bien longtemps finalement.. Le jeune homme est déjà élancé dans les escaliers. Elle espère que ces quelques mots lui fassent faire demi tour. « Mattie dort oui, plus paisiblement que toi visiblement, le petit chanceux. » Elle se dirige vers la fin des escaliers, pour le regarder. « Tu vas réellement aller dormir, maintenant, comme si tout était normal ? Sam.. Je suis loin d'être adepte du conflit, tu le sais, toi non plus, j'en ai conscience. Mais tu sais aussi que c'est inévitable si tu ne fais que fuir la moindre conversation. » Elle déteste avoir ce rôle-là. La fille chiante, qui attend les bras croisés des explications, qu'on lui parle, qu'on la rassure un minimum. Mais ce qui la tue, c'est de le voir comme ça. De visualiser les conséquences que cela pourrait avoir sur leur famille. Famille, c'est comme si elle redécouvrait ce mot. Avant, cela se résumait à son père principalement. Maintenant, sa nouvelle famille, c'est eux. Seulement pour combien de temps.. ? « Je ne sais pas moi, tu pourrais commencer par me dire où tu étais en pleine nuit ? Et pourquoi tu ne m'as pas invité dans ta petite escapade nocturne ? » Peut-être qu'en y glissant un peu d'humour.. Elle préfère regarder ses pieds à présent. Peut-être qu'il a raison, elle ferait mieux d'aller dormir. Entretenir ce déni, la mort du dialogue.

_________________

— every star is a possible death, we gave them names we called them cancers called them accidents
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordinarypeople.1fr1.net
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: oh, take me back to the start | costings.   

Revenir en haut Aller en bas
 

oh, take me back to the start | costings.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 04. Let's go back to the start.
» back to the start (lucas/intrigue)
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Made in Flash Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AUCKLAND :: DOWNTOWN :: habitations-