AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 did you say it? (xmas gift)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ARE YOU INSANE LIKE ME,
BEEN IN PAIN LIKE ME?

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma:
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: did you say it? (xmas gift)   Ven 30 Déc - 0:34

Je sais, je sais, je suis en retard. Mais voilà, c'est quelque chose que je voulais écrire depuis très longtemps. Un petit quelque chose de rien du tout qui devait être un cadeau de noël, j'espère que ça te plaira, tu en fais ce que tu veux bien sûr.


i want you to know that life's on our side
and when i'm alone you're still on my mind
@stleonards

« did you say it? i love you. i don't ever wanna live without you. you changed my life. did you say it? make a plan. set a goal. work toward it. but every now and then, look around. drink it in. 'cause...this is it. it might all be gone tomorrow. »

C'est un souffle, un silence. L'air marin qui s'élève, l'océan et son immensité qui se déroule jusqu'à l'horizon, sous ses yeux un peu fatigués. Le temps a fait son œuvre, cinq ans qui se sont écoulés, autant de petites rides qui marquent ses traits, soulignent son regard, le moindre de ses sourires, de ses interrogations. Installé sur la balancelle de bois blanc, il observe sa vie. Il y a eu des ratés, des réussites. Des « erreurs » qui se sont révélées être les plus beaux événements de son existence. Le voilà, comme il se l'était toujours imaginé, dans sa maison au bord de l'océan. Le sable à quelques pas seulement. Sa propre demeure, celle qu'ils ont rebâti de leurs mains. Celle des Costello-Riggins. Leur petit havre de paix, juste un morceau de paradis sur terre, un refuge lors des plus grosses tempêtes.

Il y a ces photos sur les murs. Autant de souvenirs qui s'accumulent sur des étagères, dans des cadres, de petites boîtes, un grenier tout aussi fourni. Il a toujours laissé le soin de la décoration à Liv. Elle et sa créativité, elle qui a dès le début été capable de donner de la vie à ces lieux, à cette baraque au planches blanches. Chaque coin de pièce comme le reflet de leur vie, de leurs plus belles réussites et de celles à venir. Un soupir satisfait lui échappe rien que d'y songer. Sa main reprend son lent passage sur le dos de l'enfant, à demi caché par une couverture. Ce petit corps, cette partie d'eux, une des plus belles choses qui lui soient jamais arrivées. Il sourit en constatant que Mattie s'est assoupi à la lueur de la bougie. Ses petits yeux fatigués sont fermés alors qu'il s'égare dans le monde des rêves, de l'insouciance, de la candeur. Il peut rêver, il le faut même. Il doit savourer chaque songe, car il aura le temps d'apprendre, de comprendre que leur monde est plus que binaire, qu'il est plus que compliqué.

Ce n'est pas parfait. Ça ne l'a jamais été. Ils ne le seront jamais. Peut-être que Mattie effleurera cette perfection, un jour. Sam le lui souhaite, de tout cœur. Mais pas trop non plus, car où serait l'intérêt de vivre, si cette existence se déroulait sans la moindre vague ? Aussi paradoxal que cela puisse paraître pour un père à son fils, Sam espère que Mattie fera des erreurs. Que son chemin connaîtra quelques obstacles, qu'il tombera pour mieux se relever, en manquant de se briser un ou deux os. Il apprendra à redresser la tête pour faire face aux plus terribles des vents. Il lui souhaite d'aimer profondément, de ressentir de chaque fibre de son être, de son vivant. De s'écorcher un peu le cœur, de verser quelques larmes, tantôt de peine, tantôt de joie. De tout ressentir, le plus intensément possible. Il espère qu'il sera heureux, oui, comme lui l'a été, comme lui l'est désormais. Avec son lot de cicatrices, superficielles et profondes. Il lui souhaite de s'entêter, puis de changer d'avis, de chemin. De prendre quelques risques et de réaliser un millier d'autres petites folies. Ne pas se contenter d'exister, mais bien de vivre, comme lui et Liv ont su le faire, malgré les épreuves, les faux départs, les désillusions.

Il joue un peu nerveusement avec cette alliance à son doigt. Plus qu'un bijou, c'est une promesse. D'être toujours là. De l'aimer, plus qu'il ne le peut. De la chérir, quoi qu'il arrive demain, et les jours d'après. Mais c'est aussi un souvenir, une récompense méritée ; ils ont su se battre. Ils ont su aller contre le courant, à deux. Malgré les difficultés, les craintes, les déceptions. Ils s'en sont toujours sortis, parce qu'ils étaient là, l'un pour l'autre. Il n'a qu'à fermer les yeux pour la revoir dans sa robe, sa merveilleuse robe blanche. Pour revoir ce sourire étirer délicatement ses lèvres, alors qu'elle le rejoignait devant l'autel pour prononcer ses vœux. Il n'a qu'à fermer les yeux pour se rappeler de pourquoi il a fait tout ça, pourquoi il est devenu ce Sam, pourquoi est-ce que son cœur bat mieux que jamais.

Puis elle apparaît. Comme un mirage d'abord, ombre dans la nuit. La baie vitrée glisse et elle s'impose dans le tableau, tirant le blond de ses songes. Elle sourit, d'un de ces sourires dont elle seule a le secret. Elle se pince un peu les lèvres en constatant que leur fils dort à poings fermés, blottit contre son père, devant le petit brasero. Et Sam sourit. Un peu bêtement, comme à chaque fois qu'il la voit. Il sourit car comme aux premiers temps, son cœur chavire. Elle s'approche pour glisser une main sur la joue de Mattie qui bouge à peine. Costello la détaille encore, sans s'en lasser. Parce qu'elle est la plus belle des choses à ses yeux. Elle est sa femme, son quotidien, la bouée qui lui garde la tête hors de l'eau, depuis plus de cinq ans maintenant. Un baiser volé, trop bref, il regrette presque. Elle s'installe dans le rocking chair juste à côté, ramenant son châle un peu mieux sur ses épaules. Puis, c'est une main qu'elle tend vers lui, comme elle l'a toujours fait, de manière réelle comme figurée. Main qu'il attrape sans hésiter, qu'elle pose finalement sur son ventre. L'arrondi est flagrant, l'arrivée de ce nouvel enfant est prévue pour dans deux mois. Une petite fille. Une mini-Liv. Une autre part de leur cœur à donner, sans même hésiter. Une famille qui va s'agrandir, ce qui fait le bonheur de tous, oui.

Ils ne demandent rien de plus. Rien de moins. Juste un peu de ce bonheur qui dure. L'amour, de longues années encore. Voir ces deux merveilleux enfants grandir, et devenir de belles personnes. De devenir, tout comme leurs parents et ce malgré leur parcours compliqué, deux êtres ordinaires, capables de réaliser des choses extraordinaires.

_________________
    So you can drag me through Hell, If it meant I could hold your hand, I will follow you cause I'm under your spell, And you can throw me to the flames, I will follow you, I will follow you. @BMTH, follow you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

did you say it? (xmas gift)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A gift to Haiti from the White House: right-wing dictators for you!
» The Imperial Gift FREE L5R Cards!‏
» Une voix : Susan Boyle
» a gift to LGR
» Gifts for geeks produits neuf -25% GW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MON BAZAR-