AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 truth is like blood underneath your fingernails | ec.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

AND YOU SAID YOU ARE
U N C O N S O L A B L E

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: DOWNTOWN, n°137.
Luck's karma: il va être père.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: truth is like blood underneath your fingernails | ec.   Ven 27 Nov - 20:56

who are you? i'm no one

------------------
(teddy monroe)

nom ◇  monroe. prénom(s) ◇  theodore, lewis, même s'il se fait appeler teddy de tous. âge ◇  trente-et-un ans et bien cabossé. date et lieu de naissance ◇  dix-sept mars 1984, dans une ville en alabama, usa. statut civil ◇ 404 not found. orientation sexuelle ◇ hétérosexuel. profession/études ◇ il aurait pu être sportif professionnel, mais il est devenu militaire. maintenant il ne sait plus trop où se situer dans le flou qui l'entoure. il a repris son activité de boxeur, et tient le niveau ici et là, même s'il sait que bientôt, il faudra songer à la retraite. ta chanson ◇  looking too closely, fink. caractère ◇ taciturne, impulsif, froid aux premiers abords, loyal, peu expressif, lui arracher un sourire relève de l'exploit, curieux, dangereux sur les bords, instable, protecteur malgré tout, maladroit avec les mots quand il les utilise, difficile à cerner, fâcheuse tendance à l'ironie. idées avatars ◇ you know the drill.

(01) il a des tatouages ici et là, tous ont une signification plus ou moins pointue. sa mère n'aime pas ça, elle dit que ça fait mauvais genre. mais ça fait longtemps qu'elle n'a plus son mot à dire, sa mère. (02) il est du genre silencieux, à économiser sa salive. il n'aime pas les conversations sans fond, sans matière, et y préfère le silence. mais des fois, ça pousse les autres à abandonner tout contact. il ne se foule pas non plus, teddy. il se contente parfois de mots muets, de syllabes qui ne font pas réellement de sens. des "hm" et des "hmhm" pour vocabulaire. (03) il a peur du noir, depuis toujours. dormir dans une pièce plongée dans l'obscurité est synonyme d'insomnie pour lui, et c'est pire depuis qu'il est rentré d'afghanistan. (04) il a peur de l'attachement. d'apprécier quelqu'un au point de devenir dingue s'il venait à perdre cette personne. mais de toute façon, ça n'arrivera jamais, pas vrai? il n'a pas besoin de ça, et personne n'a besoin de lui en retour. (05) il parle plusieurs dialectes d'orient, depuis son petit séjour en afghanistan. c'est pas tellement utile ici pourtant. (06)

_________________

    It's spiraling down, biting words like a wolf howling. Hate is spitting out each others mouths, but we're still sleeping like we're lovers. Still with feet touching, still with eyes meeting, still our hands match, still with hearts beating. @daughter


Dernière édition par Sam Costello le Sam 28 Nov - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AND YOU SAID YOU ARE
U N C O N S O L A B L E

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: DOWNTOWN, n°137.
Luck's karma: il va être père.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: truth is like blood underneath your fingernails | ec.   Sam 28 Nov - 0:43

you said you are
unconsolable.
@xambassadors

Il a le regard rivé sur ses chaussures miteuses. Des bleus sur ses genoux. Un bermuda dépassé, ternit par le temps, par les années qui défilent et se ressemblent. Ses doigts s'emmêlent maladroitement, s'accrochent dans sa nervosité. Il lève la tête vers le ciel, vers les étoiles qui dansent sur le dôme sombre qui les surplombe. Il ramène ses jambes à lui, et il attend, assis sur une marche d'escalier déformée, dont la peinture blanche s'écaille et saute. Il ne fait pas froid, ni tellement chaud, et à cette heure-ci, il devrait faire ses devoirs sur un bureau, comme les autres. Mais à l'intérieur, c'est de nouveau la guerre. Les bris de vaisselle qui se casse. Les cris, le ton qui monte. Les dents qui claquent, et les mains qui s'agitent pour frapper – pour se défendre. Une scène qui se joue trop souvent dans la baraque médiocre dans laquelle ils vivent. Theodore et James, les deux frangins. Puis il y a Connie et Flynn, les parents. Connie la douce, la mère qui aime, qui chérit. La femme qui avait le sourire au début, qui est tombée amoureuse de Flynn Monroe. Lui aussi, il était doux, au début. Ses mots promettaient mille merveilles. L'intonation caressait les tympans, poussait à la confiance. Et la situation s'est dégradée, lentement d'abord, puis c'est au fond du gouffre qu'ils sont tombés. Connie n'a plus souri, depuis. Flynn non plus. Les coups se sont faits plus nombreux, les mensonges aussi. Connie pardonne, parce qu'elle n'a pas d'autre choix – c'est ce qu'elle prétend du moins. Elle met ça sur le compte de l'amour. Elle porte le poids, s'invente des erreurs et accepte la culpabilité sur ses épaules, comme une évidence. Flynn n'est plus qu'un fantôme dansant entre les murs. Valsant avec violence lorsqu'il jette une chaise à l'autre bout de la pièce. Au début, Teddy sursautait. Maintenant, c'est un bruit de fond, une constante dans leur quotidien. Et parfois, quand c'est trop dur, il y a James. Son aîné. James qui vient l'envelopper de ses petits bras, dans une vaine tentative de le protéger de tout cela. James, il aimerait aussi pouvoir lui couvrir les yeux, lui boucher les oreilles ; l'empêcher d'assister à la lente auto-destruction qui prend place sous leurs yeux, tous les jours. Mais Theodore, il n'est pas aveugle. Il aimerait pourtant, parfois. Il se dit que ça ferait peut-être moins mal. Mais il a besoin de ses yeux, pour se mettre entre son père et sa mère, même quand James n'approuve pas. Flynn s'en prend à lui, comme ça, et ça laisse un peu de répit pour Connie. Au début, Flynn s'excusait. Maintenant, l'éthanol dans ses veines efface ses souvenirs. Et tout cela n'est plus qu'un cycle infernal qui se répète, encore et toujours. Une main glisse sur son épaule, il relève le regard vers celui qui vient d'arriver à ses côtés. James s'assoit à son tour sur la marche, et l'attrape contre lui. « Ça va, frangin ? » Teddy, il a envie de pleurer. De dire que non, rien ne va, c'est assez évident ainsi. Mais il n'en fera rien. Il reste impassible, et il hoche la tête. Les hommes n'ont pas le droit de pleurer. « J'te promets qu'un jour, ça ira mieux. » Un jour oui, peut-être. Certainement pas pour leurs parents. Mais pour eux, en tout cas. « On s'tirera d'ici, promis. » Blottis l'un contre l'autre, face à la nuit qui dévore le ciel. Teddy, il aimerait y croire. Il veut s'en sortir, il leur souhaite le meilleur, à tous, même à Flynn. Mais en attendant, il ne peut que se reposer sur l'épaule de son frère. Eux deux envers et contre tous, face au monde, seuls.

that's where i'm going,
that's who i wanna be.
@sirsly

Spoiler:
 

_________________

    It's spiraling down, biting words like a wolf howling. Hate is spitting out each others mouths, but we're still sleeping like we're lovers. Still with feet touching, still with eyes meeting, still our hands match, still with hearts beating. @daughter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

truth is like blood underneath your fingernails | ec.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MON BAZAR-