AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 tornado (twins)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: "donne nous l'argent ou on met le feu à ta baraque" by anonymous.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: tornado (twins)   Jeu 6 Aoû - 20:10

Boum boum.
Le bruit dans les oreilles, la tète dans les bouteilles, tu te perds dans cet univers. Le monde tourne autour de toi, mais Lev, ce n'est qu'une impression. Parce qu'au fond, c'est tout ton être qui tangue. Tu perds un peu la notion du temps ce soir, ne fais plus attention à quoi que ce soit. Tu te laisses aller au son de la musique. Et à ton bras, il y a une poupée. Une blonde, dont tu t'es donné pour mission d'attraper. Pari entre toi et toi-même. Tu n'as pas besoin d'amis pour te mettre au défis, tu le fais toi-même constamment. Et encore une fois, tu as réussi. Après quelques regards et baisers volés, tu penses que c'est dans la poche. Mais voilà qu'elle t'agrippe, t'emmène loin de la foule. Comme toujours. Elles ne veulent que ton attention, la satisfaction d’effleurer ta peau. Elle te tire par la main, court sur le macadam et glisse à travers les rues. Elle voudrait aller chez toi, aimerait visiter ton antre et pénétrer dans ton univers. Elle exige et te presse, trop bruyamment. Tu dis non, radicalement. Parce qu'il y a Ava, et tu sais qu'Ava n'aime pas ces filles. Pourtant elle insiste, t'implore de ses yeux humides. Elle mordille ta lèvre en signe de promesse. Et tu succombes, réponds son appel. Comme d'habitude, tu cèdes à la tentation malgré ta raison qui crie de ne pas accepter.
Trop tard. Vous dévalez les escaliers, sous les échos de vos rires. Tu attrapes les clefs entre deux baisers et ouvres la porte. Tu te retrouves face à un trou noir. Ava n'est pas là. Ava n'est pas là, ça tourne en boucle dans ta tète. Rapidement, tu tapotes sur ton portable et envoies le message. T'es où ?, parce qu'Ava est enracinée en toi, même dans les moments les plus intimes et personnels. Puis tu lâches l'appareil, poussée par ta nouvelle compagne de la soirée. Elle te susurre des mots doux, alors tu attrapes sa main à ton tour. Et c'est une fois dans la chambre, que la nuit peut commencer.

Trois heures du matin.
Tu lèves ton visage vers le réveil, et t’aperçois de l'heure avancée. Tu étires tes bras pour assouplir tes muscles, et te retournes vers la blonde. Dans la noirceur tu devines son visage, distingues même ses prunelles ancrées dans les tiennes. Pourtant elle ne parle pas, scelle simplement vos lèvres dans un nouveau baiser. Tu devrais lui dire pourtant, l'informer que c'était juste l'histoire de quelques heures, celle de s'évader le temps d'une soirée. Et soudain, le silence qui plainait au d'ssus de vos tètes se brise. Tu entends la porte s'ouvrir dans un fracas, elle claque contre le mur. Tu n'as pas besoin de te lever pour en comprendre la source Lev, pourtant tu te redresses presque instinctivement. Ava ?, tu l’aperçois sur le seuil de ta porte, alors tu fronces les sourcils. Tu ne connais que trop bien cette expression sur son visage, un orage s'apprête à éclater.

_________________

we are flying high
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: hospitalisée pour une crise d'appendicite
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: tornado (twins)   Dim 9 Aoû - 17:23

un, deux, trois heures du matin.
le temps passait si vite, tu t’étais laissée absorbée par ce brouhaha mélodieux qui parvenait à tes douces oreilles. la nuit avait une fois de plus eu raison de toi, ava. t’avais une fois de plus atterri dans un endroit que tu ne connaissais pas, entourée d’une marée humaine, tous ces visages que tu connaissais encore moins. c’était devenu ta spécialité à force, tu venais accompagnée avec des gens que tu connaissais et au final, tu finissais avec des inconnus.
message de ton frère, mais tu ne trouvais pas la force de répondre. tu pensais à lui, tu ne savais même pas où il était non plus. peut-être était-il rentré chez vous ? tu ne savais même plus où t’habitais, ouais, là était le problème, c’est pour ça que t’étais restée dans cette fête pourrie toute la soirée. parce que tu savais pas comment rentrer chez toi. mais c’est lorsqu’un connard te renversa un verre dessus, que tu compris que là, il était vraiment temps de partir.
alors ava, douce blonde aux traits angéliques, t’avais titubé dans la ville à la recherche d’un point de repère. un lieu que tu connaissais, quelqu’un que tu avais déjà rencontré. en vain. ton dernier espoir : essayer de trouver quelqu’un de plus ou moins abordable à cette heure si tardive pour t’indiquer ton chemin.
ce qui était quasiment chose impossible, avouons-le.
tu croisais soit des gens complètement éméchés qui était allé jusqu’à oublier leur propre nom pour essayer d’oublier celui de quelqu’un d’autre, soit des dealeurs. c’était pitoyable. t’étais pitoyable aussi. t’avais encore une fois trop bu, tellement que tu ne savais même pas comment t’étais arrivée à cette soirée.
et tu errais toujours à travers les ruelles sombres d’auckland, ruelles qui t’avaient accueillie à bras ouvert à ton arrivée ici, la clope entre les doigts. ouais, dans un moment comme celui-là, t’en avais besoin de ta dose de nicotine.
et là, enfin, t’apercevais un endroit que tu connaissais : l’université d’auckland. t’étais soulagée, t’avais peur de devoir tourner en rond jusqu’à l’aube. tu te dirigeas tranquillement vers ton chez-toi.
prête à pousser la porte.
prête à rentrer chez toi.
soulagée.
mais ava, non, finalement t’avais pas voulu vraiment ouvrir cette porte, parce que maintenant, tu venais de découvrir ce qu’il y avait derrière. et ce qu’il y avait derrière ne te plaisais guère.
tu pensais être tranquille en rentrant, mais même la soirée dont tu revenais était un doux cadeau comparé à la scène qui te faisait face. et lui, qui laissa simplement ton prénom s’échapper de ses lèvres comme seule réaction. ces lèvres qui étaient collées à celle de la bimbo à ses côtés, quelques secondes auparavant.
t’avais l’impression d’halluciné. c’est qui elle ? tu lui crachais presque les mots à la gueule, tes traits étaient devenus sévères. on aurait pu croire à une dispute de couple, mais non. tu protégeais simplement ton jumeau, parce qu’il était ton tout. parce que t’avais pas envie qu’il te remplace non plus. t’avais pas envie qu’une petite petasse prenne ta place.
et l’autre, qui te regardait avec ses yeux vides. elle n’avait pas l’air de comprendre grand chose à la situation. tant pis, tu t’en contre foutais.
aller, casse toi de chez moi maintenant, connasse. t’avais pris ses affaires par terre et tu lui avais balancé à la gueule.
tu ne contrôlais plus tes mots.
tu ne contrôlais plus tes gestes.
t’avais perdu tout contrôle de toi.

_________________


You can run but you'll never escape
Over and over again
Will we ever see the end?
We're going nowhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: "donne nous l'argent ou on met le feu à ta baraque" by anonymous.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: tornado (twins)   Lun 10 Aoû - 19:31


C’est qui elle ?, elle ? Tu ne sais pas trop. Une nouvelle conquête, un nouveau nom sur ton tableau de chasse. Quelque chose comme ça. D'ailleurs, tu n'es même pas sûr de connaître son prénom. Julie, ou peut-être Juliet. Mais qu'importe, tu contentes de fixer ta sœur. À ton avis ?, tu réponds, irrité. Tu voudrais qu'elle ferme cette porte et qu'elle vous laisse seuls, pour une fois. Mais au fond tu sais que ça n'arrivera pas, tu sais qu'elle s'apprête à faire une scène. Ça a toujours été comme ça, d'un côté comme de l'autre. Toi, tu n'as pas grandi comme tout les adolescents, tu n'as jamais eu peur d'être surpris au lit par ta mère. Non, toi Lev, tu avais peur de ta jumelle, tu avais peur qu'elle finisse par chasser toutes les filles que tu approchais. Aller, casse toi de chez moi maintenant, connasse., et la pièce peut commencer. Ton regard s'assombrit, tes traits se durcissent, tu en as marre de toutes ces lois. De son intrusion dans ta vie privée. Comme si tu en avais une, pour Ava. Pardon ?! T'es qui pour me parler comme ça, salle..., la blonde lance avant toi, en arquant un sourcil. Tu l'ignores, ne lui adresses même pas un regard, et la coupes avant qu'elle ne finisse. J’espère que t'es pas sérieuse, là., tu te veux ironique face à ta sœur, moqueur dans ta voix, bien que tu ne plaisantes pas. Tu voudrait qu'elle comprenne que tu ne cautionnes pas ce comportement. Tu te relèves, agrippes ton boxer et l’enfiles. Et rapidement, avant que la blonde ne puisse ajouter quoi ce soit, tu attrapes les vêtement jetés par Ava, et les lances à terre. À leurs places initiales. Tu lèves ton visage vers ta sœur, supportes son regard tranchant qui maudit certainement cette fille. Putain Ava ! C'est ma chambre au cas ou tu l'aurais oublié, tu peux pas débarquer quand tu veux., bien sûr qu'elle le peut. Bien sûr qu'elle n'a pas besoin de ton autorisation, c'est le cas depuis votre naissance. Heureusement, tu as eu le temps de décuver Lev. Tu n'es plus saoul. L'ivresse t'aurais fait prononcé des choses que tu regretterais. Et, lorsque la blonde semble comprendre votre lien de parenté, elle se relève, dandine jusque ses vêtements, exhibant ses formes. Le connasse est sûrement mal passé. Et tout autant le fait que tu ne la défende pas plus que ça. Une fois ré-vêtue, tu t'approches d'elle pour déposer un baiser d'adieu sur ses lèvres. Devant Ava. Devant ses yeux bleu de rage. Tu le fais pour lui montrer qu'elle n'a pas d'emprise sur toi, lui prouver qu'elle ne dicte pas ta vie. Tu boues de colère, au fond. Elle te chuchote quelques mots à l'oreille, et enfin, elle s'en va, traversant la barrière que représente Ava.
Alors tu t'avances, appuies sur l'interrupteur. Et la lumière s'allume sur vos deux corps. T'es contente, j’espère. T'étais où, merde ?! Il est trois heure du matin et t'as l'air complètement déchirée., tu la scrutes, inquisiteur dans le regard. Tu lui en veux, mais retiens les grondements en toi.

_________________

we are flying high
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: hospitalisée pour une crise d'appendicite
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: tornado (twins)   Dim 16 Aoû - 14:31

la tempête s’était levée.
et tu savais, ava, oui, tu savais qu’elle n’allait pas tarder à t’emporter. t’étais le comburant et lui, il était le combustible. le mélange parfait pour une explosion hors du commun. et c’était toujours comme ça. le fait est que ta possessivité envers ton frère finissait par te détruire à petit feu. c’est comme si tu brûlais, que tu te consumais de l’intérieur, lentement. et tu voyais les braises dans le regard de ton frère
ce regard qui était posé sur toi, désormais, méprisant.
ce regard qui te perçait, qui te tuait.
celui qui te faisait perdre tous tes moyens.
et tu ne pouvais pas lutter.
à ton avis ? et il enfonçait encore un peu plus le couteau. sa voix résonnait dans tes oreilles. à ton avis, qui elle était ? encore une petite conne qu’il avait trouvé sur un trottoir en rentrant chez vous ? c’est cela dont elle avait l’air en tout cas. la blonde prenait la parole, elle essayait certainement de riposter. mais tu ne l’écoutais pas, ava, toute ton attention était portée sur ton frère. au fond, t’en avais rien à faire de cette fille, elle aurait pu être n’importe qui que tu aurais eu la même réaction.
j’espère que t'es pas sérieuse, là. bien sûr que t’étais sérieuse. c’était une réaction normale pour toi, tu voyais pas comment t’aurais pu réagir autrement face à cette vision d’horreur. toi qui étais si contente de rentrer chez toi pour retrouver ton frère et enfin pouvoir poser ta tête qui te faisait affreusement mal. les ravages de l’alcool.
parce que j’ai l’air de rire peut-être là ? tu balançais à nouveau tes mots d’un ton sec et ravageur et ton regard tueur, posé sur cette fille.
putain ava ! c'est ma chambre au cas ou tu l'aurais oublié, tu peux pas débarquer quand tu veux. t’avais toujours débarqué quand tu voulais. et lui aussi d’ailleurs. il ne pouvait pas te reprocher cela, étant donné qu’il faisait exactement la même chose. vous étiez pareil, et c’est ça qui vous détruisait le plus.
et depuis quand hein ? c’est chez moi aussi ici je te rappelle. l’alcool contrôlait tes paroles et ton esprit, mais ça, tu ne t’en rendais pas vraiment compte. tout tournait encore autour de toi. t’avais même pas l’impression d’avoir les pieds sur terre, t’avais l’impression de voler, d’être dans un rêve. ou plutôt un cauchemar dans le cas présent.
et la, il avait commit l’irréparable. tu les fixais alors que leurs lèvres étaient collées. alors qu’ils échangeaient un baiser devant tes yeux. et là t’avais juste envie de claquer la porte et de te tirer. de te tirer et de plus jamais revenir. tu sentais le sang bouillir dans tes veines, t’avais envie de la prendre et de la foutre dehors. t’avais envie de l’étranger aussi. mais tu ne faisais rien de tout ça.
t’étais restée là, figée, t’arrivais même plus à bouger.
t’avais les nerfs à vif.
les poings serrés.
tu te retenais, ouais, tu te retenais de faire une connerie.
et tu fixais la blonde alors qu’elle passait à côté de toi en faisant valser ses fesses de droite à gauche pour finir enfin par claquer la porte de l’appartement.
et alors que t’étais encore en train de lutter intérieurement, t’entendais à nouveau la voix de ton frère résonner à travers la pièce. t'es contente, j’espère. t'étais où, merde ?! il est trois heures du matin et t'as l'air complètement déchirée.
tu reprenais plus ou moins tes esprits, le temps d’un instant. mais la colère ne tarda pas à ressurgir à nouveau. parce que ça te regarde peut-être où je traîne ? et depuis quand t’en a quelque chose à foutre que je sois déchirée où non ? t’es pas mon père à ce que je sache.
tu faisais une pause quelques instants, et tu posais ton regard noir sur ton frère afin d’assener ton dernier coup de couteau. quoi que… j’ai l’impression de le voir en toi, là, tout de suite.
tu savais qu’après ces mots, tu ne pourrais plus revenir en arrière, que la tempête allait se transformer en ouragan. mais envahie par l’alcool et la colère, t’arrivais plus à réfléchir maintenant.
t’étais plus toi-même.

_________________


You can run but you'll never escape
Over and over again
Will we ever see the end?
We're going nowhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: "donne nous l'argent ou on met le feu à ta baraque" by anonymous.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: tornado (twins)   Mer 19 Aoû - 12:53


Tu ne réponds pas. Tu préfères ne pas répliquer à ses paroles. Oui, Ava est chez elle. Mais, toi aussi tu l'es. Et c'est bien ça, le problème. Le partage. Vous vous devez de tout partager. De la nourriture, à vos petites escapades nocturnes. Ça toujours sonné comme une évidence à vos oreilles. Vous agissez comme si vous étiez deux moitiés d'un même tout, mais au fond c'est bien l'cas. Et ce depuis votre naissance.Tu ne peux t''empêcher de penser à ta sœur, Lev. De tout faire par rapport à elle. De te demander ce qu'Ava fait, si elle va bien, et quelles seraient les conséquences de la moindre de tes actions. Mais ce soir, tu n'en as pas eu envie. À l'instar de ta sœur, tu voulais penser à toi pour une fois. Tu pourrais mettre ça sur le compte de l'alcool, pourtant, tu as ta part de responsabilité également. L'hypocrisie gronde dans tes veines. Parce que tu sais bien, que si les situations avaient été inversées tu aurais agis de la même façon. Et toi, tu n'aurais même pas attendu pour refaire le portait à sa conquête du soir.
Mais puisque tu es énervé, puisque tu veux qu'elle comprenne que tu as droit à ta liberté, tu déverses ton venin. Pas par des paroles non, mais par des actes. Un acte. Embrasser cette fille. Lui dire au revoir, dans les règles de l'art. Elle a de la chance au fond, tu l'aurais sûrement jeté de chez toi si Ava n'avait pas été là. Elle attend ton appel et tu hoches la tète. Un hochement qui au fond, signifie casse-toi. Et une fois la porte de l'appartement refermée, tu te retournes vers Ava. Lui apportes l'attention qu'elle réclamait. Tu la scrutes, commentes ses airs dépravés. Tu es toujours aussi irrité, et tu veux qu'elle le comprenne. Parce que ça te regarde peut-être où je traîne ? Et depuis quand t’en as quelque chose à foutre que je sois déchirée où non ? T’es pas mon père à ce que je sache., tu hausses les sourcils. Te demandes si tu as bien entendu. Tu me fais quoi là, Ava ? Écoute je crois que tu ferais mieux d'aller te coucher, sinon je risque vraiment de m'énerver., tu l'es déjà. Mais tu retiens le flot en toi, le volcan qui menace d'exploser. Tu voudrais la détester pour ça. Elle amène votre père sur le tapis, cet homme qui ne mérite même plus ce titre. Tu vois bien qu'elle n'a pas toute sa tète, alors tu poses tes deux mains sur ses épaules afin de la conduire jusqu'à la salle d'eau. Puis tu aperçois, son regard noir. Le même que tu peux avoir lorsque tu t'apprêtes à exploser. Quoi que… j’ai l’impression de le voir en toi, là, tout de suite., et c'est le cataclysme., la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Ton visage se décompose. Tu la regardes de tes yeux qui se noircissent, au fur et à mesure. Tu voudrais la gifler. L'agripper par les cheveux, et l'envoyer valser. Mais tu te retiens. Tu reserres tes mains sur ses épaules, serres la mâchoire et tout tes muscles. Va te faire foutre., tu craches en ôtant tes mains de sa peau. Tu ne veux plus la toucher, ni même croiser son regard. Te comparer à votre père. Te dire qu'il s'incarne en toi, c'est la pire des insultes. Ce n'est même plus un pique ou un coup de couteau, c'est arracher ton cœur et le réduire en morceaux. Tu recules brusquement dans la pièce, tu cherches tes vêtements. Une fois habillé, tu attrapes ton téléphone portable et tes clopes. T'as raison, c'est chez toi ici., tu lui jettes ton trousseau de clefs. Et sans même lui adresser un regard tu sors de la pièce en la bousculant, cette fille qui t'est désormais inconnue. Moi, je n'sais pas ce que je vois mais en tout ce n'est pas ma sœur., tu lances, et n'attends même pas de réponse. Tu claques la porte de tes mains tremblantes, puis dévales les escaliers, les prunelles embrumées. Tu manques même de trébucher, habité par la colère, la haine et la rage. Tu dois te défouler, évacuer le torrent. Il faut que tu cognes, Lev, et vite.

_________________

we are flying high
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: tornado (twins)   

Revenir en haut Aller en bas
 

tornado (twins)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» a tornado flew around my room before you came✝gaspard
» The common thread that links Cuba, Haiti, Guyana and Bolivia
» Fergus Roland Finucane
» Les acteurs au potentiel ardaien
» You grow, you grow like tornado. { Luce & William [X]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AUCKLAND :: EAST-SIDE :: habitations-