AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nobody's gonna slow me down (w/ Wren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Nobody's gonna slow me down (w/ Wren)   Lun 20 Juil - 18:40


NO STOP SIGNS
SPEED LIMITS
LOOK AT ME
I'M ON THE WAY TO THE PROMISED LAND
ac/dc, highway to hell

Comme chaque matin, Leo se levait de bonne heure, prêt à entamer sa journée par un long jogging. Aujourd’hui, il avait choisi de courir dans l’un de ses endroits préférés : le parc de Cornwall et plus précisément sur la colline Maungakiekie qui offrait l’une des plus belles vues d’Auckland et particulièrement à 7h du matin. Leo avait pris le tramway pour rejoindre le parc et n’avait commencé sa course qu’une fois sur place. Son casque vissé sur les oreilles, il commença par s’échauffer doucement afin de ne pas abîmer plus son genou déjà fragile avant d’entamer l’ascension de la colline. Après une dizaine de minutes, Leo commença sa course, l’album Highway to Hell se déversant dans ses oreilles avec force, ses pas s’appuyant sur le rythme de la batterie sourde de Phil Rudd. Une sensation de bonheur l’imprégnait au fur et à mesure. Plus il parcourait de distance, plus il se sentait prêt à enfiler des kilomètres et des kilomètres. Leo était presque arrivé à la fin du temps qu’il réservait à son jogging, mais ne souhaitant pas s’arrêter, il poussa sa course encore un peu plus loin. S’aventurant dans une zone qu’il connaissait moins, plus abritée, il ralentit légèrement, profitant un peu plus du paysage. Au loin, une silhouette clopinait en direction d’un chemin descendant.  Il ignora un temps, continuant de courir dans une direction plus ou moins opposée, mais son esprit de sauveteur, engendré principalement par son métier de médecin, l’encouragea à faire demi tour afin d’aider cette pauvre âme éclopée. Il accéléra un coup afin de rejoindre ce qui lui semblait à présent être une jeune femme. Quelle ne fut pas sa surprise quand il découvrit l’identité de ladite jeune femme. La blonde de l’Archery Tag. Quel était son prénom déjà ? Leo était incapable de s’en souvenir. Peut-être ne le connaissait-il tout simplement pas. Quoiqu’il en fut, il lui proposa son aide. « Hey, salut… Je—J’ai cru voir que tu boîtais. Est-ce que je peux t’aider ? » Il lui sourit doucement, essayant d’arborer malgré sa barbe de trois jours et son air échevelé, un visage chaleureux et rassurant. D’un simple geste, il l’invita à s’asseoir à l’ombre d’un grand arbre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Nobody's gonna slow me down (w/ Wren)   Lun 20 Juil - 20:42


Son coeur tambourinait douloureusement contre ses côtes, ses poumons semblaient sur le point d’exploser, une douleur lancinante transperçait l’intégralité du côté droit de son pauvre ventre, et un dégueulasse goût de ferraille rouillée lui souillait l’arrière de la bouche. Wren était sûre d’une chose : sa résolution de se mettre à courir tous les matins allait avoir une durée de vie d’une piètre journée. Et qu’est-ce qu’on se faisait chier, en plus, quand on courait ! Elle avait l’impression que si ce n’était pas son corps qui la lâchait, ce serait l’ennui qui finirait par l’achever. Elle n’avait aucun objectif à atteindre, sinon cet arbre rabougri à 300 mètres, ou cette bouche d’incendie délavée 100 mètres plus loin, ou cette cannette de bière défoncée 20 mètres après, ou ce sol goudronné dont l’attraction se fit trop forte trois foulées plus loin, et contre lequel elle s’écrasa de manière monumentale après que sa cheville se fut dérobée sous son corps agonisant.
Elle resta étalée de tout son long pendant de très longues secondes, ne parvenant pas à décider laquelle de ses sources de douleur méritait le plus son intention, et préférant alors attendre que tout s’estompe pour agir. Elle était ridicule, elle le savait, et la crainte d’être découverte gisant ainsi comme une bouse desséchée la fit finalement se relever. Même sa respiration saccadée ne parvenait pas à décoller les cheveux que la sueur avait plaqués contre son visage rougeoyant. Elle n’avait qu’une idée approximative de ce à quoi elle ressemblait, mais quelque chose lui disait qu’on pourrait aisément la prendre pour une tomate trop mûre dont la moisissure ferait office de chevelure suave. Elle-même se trouvait appétissante, finit-elle par reconnaitre dans un rire nerveux alors qu’elle faisait demi-tour en marchant péniblement. Sa cheville était en bouillie, elle le savait. Il allait falloir amputer. Elle était sur le point de se demander si la situation pouvait être pire lorsque, sans surprise, la situation devint effectivement pire.
Elle ne le reconnut bien entendu pas immédiatement, vu qu’il était à quelques deux-cent mètres de distance, et qu’elle ne l’avait vu qu’une fois près de deux semaines plus tôt, et qu’elle ne voulait pas franchement recroiser son chemin avant la fin de son existence. Mais rien que voir une silhouette dans le même coin qu’elle alors qu’elle ressemblait à un cadavre cramoisi avait quelque chose de passablement mortifiant. Elle envisagea brièvement de faire demi-tour, mais lorsqu’elle reconnut la personne qui venait à sa rencontre, son esprit de chose obstinément effrontée se mit en marche, et il ne fut plus une seule seconde question de rebrousser chemin. « Hey, salut… Je—J’ai cru voir que tu boîtais. Est-ce que je peux t’aider ? » lui lança-t-il finalement une fois suffisamment près d’elle. L’ironie de la situation ne manqua pas de la frapper. La dernière fois qu’ils s’étaient vus, c’était lui qui boitillait pathétiquement, et elle s’était foutu de lui. Et là… là, il se montrait sympa. Ugh. Il la débectait.
« Moi, boiter ? » eut-elle pour toute réponse. « Je vois pas de quoi tu parles. » Elle entreprit de le contourner pour poursuivre son chemin, ignorant somptueusement son invitation à s’asseoir. Il comptait faire quoi, de toute façon ? Jouer au super-héros ? La porter vaillamment jusqu’à l’hôpital histoire de bien lui tartiner à la tronche le fait que lui était serviable ? L’aider, hahaha, laissez-la rire.
Mais elle n’avait pas fait deux pas que la douleur la trahit à nouveau, et elle se dirigea à contrecoeur vers l’arbre qu’il avait désigné. « Mais j’avoue être un peu fatiguée, » déclara-t-elle en toute mauvaise foi. « Je vais juste m’asseoir cinq minutes le temps de reprendre ma respiration. Merci beaucoup pour ta serviabilité, à bientôt ! » conclut-elle dans un sourire faussement radieux tout en s’affaissant doucement contre l’arbre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Nobody's gonna slow me down (w/ Wren)   Lun 20 Juil - 22:35

Il regretta presque immédiatement d’avoir proposé son aide à cette jeune femme. Sa politesse était quasi absente et sa bonne foi aussi. Toutefois, Leo décida de rester professionnel. Il se força à rester courtois, un sourire un peu figé se formant sur son visage. Il ressentait une certaine exaspération face à la désinvolture inutile de la tireuse à l’arc et maintenant joggeuse. Pourquoi ne pas reconnaître qu’elle avait mal à la cheville ? C’était évident ! Quand elle finit par céder à son invitation, non sans lui sortir un bobard plus gros que lui, Leo s’accroupit à ses côtés. Il n’était pas habitué à avoir des patients récalcitrants ni même farouches, mais il saurait s’adapter. « Reprends ta respiration… » Dit-il d’une voix calme, non sans avoir envie de rire face à cette mauvaise foi. Il observa du coin de l’œil la cheville enflée de la jeune femme. Mauvais signe, pensa-t-il. « Bon, je vais pas y aller par quatre chemins, je vais devoir regarder ta cheville. » Le regard qu’elle lui lança aurait pu être dissuasif, mais Leo ne s’en formalisa pas. Il se tourna vers la cheville, attrapa délicatement le dessus de la basket et releva de l’autre main le pantalon de jogging. L’auscultation se fit rapidement : la cheville relativement enflée n’annonçait rien de bon, au mieux une foulure, au pire une fracture. Sans détacher son regard de la blessure, il expliqua à la rebelle ce qu’il allait faire : « Je vais retirer ta chaussure parce que l’enflure n’annonce rien de bon. Tu vas devoir me dire si tu peux bouger tes doigts de pied, voire ton pied. » Il pouvait sentir sa tension, presque palper la colère qui l’envahissait doucement alors qu’elle n’était pas du tout encline à suivre ses instructions. Alors qu’il crut qu’elle essayait de retirer sa jambe, il tourna son visage vers elle pour la regarder dans les yeux. « Ok. On va reprendre depuis le début. Je suis Leo, médecin du sport, enchanté de te rencontrer … ? » Il laissa trainer le dernier mot dans l’espoir qu’elle se présente (représente ?) à son tour. « Je sais ce que je fais, je n’essaie pas de jouer au héros donc laisse-moi t’aider. » La tonalité de sa voix ne laissait pas tellement le choix à Wren. Il entreprit de nouveau l’auscultation. Doucement, il retira la chaussure et fixa le pied de Wren dans le but d’observer un mouvement quelconque. Si elle ne coopérait pas, il commençait à envisager de la descendre à la station de tramway et la laisser se débrouiller pour rentrer chez elle…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Nobody's gonna slow me down (w/ Wren)   Jeu 23 Juil - 23:20

Il y avait quelque chose de salement humiliant dans le fait de se retrouver pantelante à gémir aux pieds de l’homme dont elle s’était allègrement foutu quelques jours plus tôt alors qu’il était dans la même situation. D’autant plus que le bougre n’avait même pas la décence de lui rendre la pareille. Non non, il se complaisait dans sa mièvre sollicitude tout en lui susurrant des ordres qu’il n’avait aucunement le droit de susurrer. Elle reprendrait sa respiration si elle en avait envie. Elle le laisserait regarder sa cheville si elle en avait envie. Et puis qu’est-ce qui lui prenait, d’abord, à être obsédé par son pied ? Il avait plus une tête de fétichiste que de médecin. Wren fulminait. Mais Wren ne voulait pas montrer qu’elle fulminait. Alors elle obtempéra à contrecoeur, tendant presque docilement sa cheville pour qu’il fasse son affaire – pitié, faites qu’il ne dégaine pas son engin et ne se fasse pas du bien sur ses orteils. Ew. Elle eut une sorte de geste de recul à cette idée, et il s’en rendit visiblement compte. « Ok. On va reprendre depuis le début. Je suis Leo, médecin du sport, enchanté de te rencontrer … ? » Bon, il était médecin, et il avait un nom. Pas tellement moins méfiante mais néanmoins bien élevée, elle s’empressa de marmonner un « Wren » pour combler le silence prévu à cet effet. Elle avait un peu envie de lui projeter son pied dans la face tellement son ton autoritaire et par trop sûr de lui lui tapait sur le système, mais elle craignait pour l’état de son pied et n’avait pas tellement envie de risquer des séquelles permanentes susceptibles d’altérer la pérennité de son corps de rêve. Elle le laissa donc retirer sa chaussure, inspecter son pied, et alla même jusqu’à agiter ses orteils, pour la forme. Elle éprouvait une douleur aigüe franchement incommodante dans la cheville, mais le reste de son pied ne souffrait pas. Elle tenta de faire pivoter l’articulation, mais ne parvint qu’à émettre un pathétique grognement de douleur. « Que les choses soient claires, c’est pas parce que tu prends gentiment pitié de moi que je vais me laisser amadouer et m’excuser de t’avoir mis la pâtée l’autre jour, » grommela-t-elle avec une pointe d’espièglerie dédaigneuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Nobody's gonna slow me down (w/ Wren)   Mar 4 Aoû - 8:58

Leo ne l'aurait avoué pour rien au monde mais il trouvait beaucoup de charme à Wren. Sous ses airs farouches de jeune femme solitaire et forte, il distinguait une certaine grâce alliée à un caractère qui lui arrachait un sourire. Indépendante, forte, méfiante, elle était tout ce qui l'impressionnait. Il était clair que Leo ne tenterait rien: entre la mauvaise humeur de la jeune femme ainsi que sa propension à être un séducteur raté, il y avait très peu de chances de voir un aboutissement à cette histoire. Leo en bon médecin, se reconcentra sur le pied délicat et abîmé de Wren. Il la sentait prête à lui sauter à la gorge si le moindre mouvement malheureux arrivait. Il prit donc de nombreuses précautions dans l'examens de la blessure. Alors qu'un silence presque pesant s'était peu à peu installé après les présentations, Wren, sur la défensive, sembla ne pas pouvoir s'empêcher de faire une remarque désobligeante, rappelant leur première rencontre avec un brin de sournoiserie. Cette pique arracha à Leo un sourire en coin. Il n'arrivait pas à distinguer si c'était une sorte de boutade ou une réflexion teintée d'honnêteté. Il prit le temps de garder le silence afin de maintenir sa concentration avant de rétorquer: « Je ne suis pas sûre qu'il soit très intelligent de me chercher des puces alors que ton petit peton déjà mal en point est entre mes grosses paluches… » Un sourire moqueur s’afficha sur son visage rieur alors qu'il la regardait en face. Wren avait revêtu son visage fermé, et même la moins perspicace personne au monde aurait pu voir sur ses traits le fait que la blondinette était clairement peut encline à lui faire confiance, ou du moins à lui faire un peu plus confiance. Mais peu importait pour Leo, la pointe d’espièglerie qu’elle lui avait lancé avait suffit. Il reprit un visage plus professionnel afin de lui annoncer qu’il allait l’amener à l’hôpital. « Bon Wren, c’est mauvais cette blessure. Autant bien la soigner et ne pas laisser ça traîner. Je t’emmène à l’hôpital et on fera des radios. » Il reposa le pied de Wren et se releva doucement. Avec un visage aimable, il tendit sa main vers la jeune femme afin de l’aider à se relever. Observant une certaine méfiance, Leo ajouta:  « T’inquiète blondie, je ne suis pas un taré prêt à te kidnapper… » phrase dont il aurait pu se passer. Un sourire maladroit apparut sur son visage alors qu’il se rendait compte de son idiotie absolument pas rassurante. « Ok, peut être pas une chose à dire pour gagner ta confiance… » dit-il avec un petit rire nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Nobody's gonna slow me down (w/ Wren)   Mer 12 Aoû - 8:43

Wren n'aimait pas être là. Elle n'aimait pas la façon dont il la menaçait alors qu'elle n'avait fait que dire la vérité. Elle n'aimait pas se faire tripoter les pieds - encore moins par un illustre inconnu. Elle n'aimait pas ledit inconnu. Bref, elle n'aimait rien à la situation dans laquelle elle s'était embourbée, tout ça pour perdre son temps à courir pour rien. Si son pied n'avait pas été aussi endommagé, elle lui l'aurait volontiers fait bouffer - comme ça, bim, un bon coup dans la face. Et son envie de lui faire ravaler son sourire ne fit qu'accroitre lorsqu'il ouvrit à nouveau la bouche. Autant elle ne trouva rien de bien méprisable dans sa proposition de l'amener à l'hôpital - elle prit néanmoins soin de s'y opposer par un ferme « Je te remercie mais je vais y aller toute seule comme une grande » - autant elle ne put en dire autant lorsqu'il ignora royalement son refus, tout ça pour lui affirmer qu'il n'était pas un "taré prêt à la kidnapper". Elle s'immobilisa alors complètement pour fixer des yeux incrédules sur sa face gênée. Ce mec lui foutait la nausée. « C'est quoi cette remarque ? Je sais pas à quel moment t'as cru voir de l'inquiétude sur mon visage, mais dans le genre prétentieux on fait pas mieux que vous, Monsieur le Déglingué. C'est pas un peu présomptueux de se sentir obligé de rassurer la demoiselle en détresse ? » Se sentant d’humeur drama queen et disposée à en rajouter un peu dans son élan de mécontentement, elle poursuivit sa litanie avec véhémence. « Qu'est-ce qui te fait dire que c'est pas moi qui ai monté ce coup pour te kidnapper toi ? Encore que j'ai bien aucune idée de ce que je ferai de la chose encombrante que t'es, mais bon, faut bien admettre que j'aurais plus de chance de t'enlever que l'inverse. » Elle prit soin d'ignorer de manière ostensible la main qu'il lui tendait, et se releva par ses propres moyens avant de reprendre sa route en clopinant lamentablement. Elle avait peut-être fait trois pas avant que sa conscience commence à la turlupiner. Elle savait très bien, au fond d'elle-même, qu'il n'avait rien dit d'intentionnellement blessant. Et déverser sur lui tout un tas de grossièretés tout ça parce que sa cheville lui faisait un mal de chien était franchement déloyal. Et Wren n'était pas déloyale. Enfin, pas trop. Elle fit volte face pour lui jeter un coup d'oeil. Il était presque attendrissant, tellement il semblait paumé. « Hum, désolée. » Les excuses qu'elle venait de proférer lui brûlèrent tellement la gorge qu'elle s'empressa de poursuivre sur un ton plus autoritaire. « Bon, on y va Docteur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Nobody's gonna slow me down (w/ Wren)   Sam 22 Aoû - 17:44

La réaction de Wren le surprit. Il ne s'attendait pas à tant d'animosité. Il ne comprenait pas cette violence soudaine, cette méfiance inattendue. Bien qu'il reconnaissait volontiers ne pas avoir été fin ni même subtil, Leo ne pensait pas mériter une telle réaction. La moue dégoutée de Wren le blessa. La logorrhée qui s'en suivit lui tourna la tête. Il se mura dans un silence gêné alors qu'il la laissait le critiquer avec véhémence. Il n'avait pas envisager que son humour douteux puisse engendrer un tel effet. Légèrement heurté par les propos de la jeune femme, il se décida à quitter les lieux sans un mot. Il ne servait à rien de se prendre la tête avec une hystérique pareille. Il avait souhaité l'aider et voilà comment elle le remerciait. Cela lui apprendra à faire son preux chevalier. Il la regarda se relever péniblement et clopiner loin de lui. Il était prêt à partir, avait détourné le égard de la silhouette de Wren-la-folle-dingue pour rentrer chez lui tranquillement. Mais toujours de manière aussi inattendue, il l'entendit se racler la gorge et s'excuser. Un peu perdu, il la dévisagea, ne sachant quoi dire. Quand elle lui proposa d'y aller, il en fut bouche-bé. Quel retournement de situation ! Leo se demanda si la jeune femme n'était pas bipolaire… Il eut un gros doute mais ne lui en fit pas part, de peur de s'en prendre une. N'osant plus s'approcher ni même lui proposer son aide il répondit: « Euuuh-- Ok. » Il n’avait rien de plus à dire. Doucement ils descendirent la colline en direction de la rue où ils prirent un taxi en direction de l’hôpital. Leo, sur le chemin se dit qu’il était sans doute trop gentil de l’aider après la scène qu’elle venait de lui faire. Mais il lui était tout bonnement impossible de la laisser plus clopiner seule. Alors sans un mot, ils rejoignirent l’hôpital où il la mettrait entre de bonnes mains.

- FIN -

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Nobody's gonna slow me down (w/ Wren)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nobody's gonna slow me down (w/ Wren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» No more stop signs, speed limit, nobody's gonna slow me down! (Willow)
» Le topic du slow qui tue
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AUCKLAND :: SOUTH :: one tree hill-