AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Suddenly, two worlds collide. (◊) lukïly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: EAST-SIDE
Luck's karma: Vous vous êtes fait piquer par une guêpe, jusque là, rien de bien étonnant. Quoique. Cela ne vous est jamais arrivé et que, vous venez donc seulement d'apprendre que vous y êtes salement allergique.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Suddenly, two worlds collide. (◊) lukïly   Dim 19 Juil - 18:11



Out of the doubt that fills your mind
I somehow find you and I collide

@howie day

Maïly est assise devant son bureau. Elle plisse les yeux. Elle attrape la feuille entre ses mains. Elle la recule puis la rapproche de son visage. May pousse un juron. Elle recule sa chaise brutalement. Dimanche en fin d’après-midi, la veille d’une importante déposition et il lui est impossible de déchiffrer son écriture. Pourquoi n’est-elle pas surprise ? Elle se demande même s’il n’a pas fait exprès, juste pour l’agacer. C’est assez rare qu’elle ne parvienne pas à le déchiffrer. Elle s’est habituée à le lire. Ils travaillent ensemble depuis quelques années maintenant. Ils ont leurs petites habitudes. Ils ont leur petit rituel avant chaque procès important pour leurs carrières respectives. Ses sourcils se froncent. Elle passe sa main dans ses cheveux bruns. Elle regarde l’heure sur son téléphone portable. Celle-ci indique quatre heures vingt-cinq. Ce n’est pas encore trop tard pour passer chez lui. Le problème est qu’elle ignore où il habite. Elle décide d’envoyer un sms à l’une des secrétaires de la firme pour lui demander l’adresse de Luke.  Ils travaillent sur l’affaire Williams ensemble. La jeune femme glisse son téléphone dans sa poche. Elle prend une seconde pour observer son visage dans le miroir. Elle met un peu de rouges à lèvres sur ses lèvres. Maïly porte son chemisier blanc préféré et une jupe en dentelle beige. La jeune femme porte rarement des couleurs sombres de toute façon. Elle s’arrête dans une boulangerie sur le chemin. May choisit quatre cupcakes. La jeune femme déteste arriver les mains vides. Ne jamais venir chez quelqu’un les mains vides. C’est une chose que sa mère lui a transmis avant de déguerpir.  La demoiselle est forcée de prendre les transports en commun. Sa voiture est toujours en panne. Elle tente de ne pas perdre l’équilibre. Son sac bouge contre son épaule alors que sa main retient la boite bien droite. La brunette guette les arrêts avant de descendre à quelques pas de chez Alderson. Une fois devant chez lui, l’avocate réalise qu’elle aurait peut-être du le prévenir avant de simplement débarquer chez lui. Il n’est peut-être même pas chez lui. La belle se trouve bientôt devant une maison. Cette maison doit être celle de Luke Alderson. Elle tape trois coups contre  la porte d’entrée. Elle se voie mal sonner à la porte. Ça lui semble un peu intrusif. Bien que débarquer chez lui ainsi est un peu intrusif aussi. Ils ont toujours gardé leur vie personnelle, pour eux. Elle fait tournoyer nerveusement l’alliance sur son index.  La porte s’ouvre sur une petite fille. Une petite fille qui ressemble énormément à Luke. Elle doit avoir quatre ou cinq ans. Un petit sourire se dessine sur ses lèvres. L’avocate s’abaisse légèrement pour se trouver à sa hauteur. Son visage s’adoucit. Son regard se pose sur l’enfant. « Coucou toi. Est-ce que tu veux bien aller chercher ton papa pour moi s’il te plait ? Promis je n’en aurais pas pour longtemps. Regarde ce que j’ai apporté en plus pour me faire pardonner de vous déranger… Tu peux en prendre un si tu veux et si ton papa est d’accord. », lui dit May en ouvrant la boîte en carton contenant les cupcakes.

_________________
   
(◊)   you're not  just a pretty face, are you?
{ as of this second, i am going to act
like the hero that i am. } 


Dernière édition par Maïly Nash le Dim 19 Juil - 21:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Suddenly, two worlds collide. (◊) lukïly   Dim 19 Juil - 20:47

›suddenly, two worlds collide.
les mains dans la pâte, l'homme râle. quelle idée stupide que de se mettre à faire un gâteau avec la gamine en plein milieu d'après midi alors que la chaleur est insupportable et nora agitée. une boule d'énergie qui court entre la petite piscine installée dans le jardin pour la rafraîchir, les dessins animés qui passent en boucle dans le salon, le son à peine couvert par le bruit d'un des trop nombreux ventilateurs de la maison, et son père debout dans la cuisine qui mélange les ingrédients en se demandant où sont passées les tablettes de chocolats achetés pour l'occasion. pas moyen de se souvenir d'où il les a rangé. et la chaleur qui le fait suffoquer, et ces foutus oeufs qui ne veulent casser sans foutre des morceaux de coquilles partout. la dernière fois qu'il s'est essayé à la pâtisserie le gâteau était croustillant et sa gamine hilare. un pauvre père qui tente de faire comme il faut, qui s'acharne à essayer et à qui le destin continue de mettre des bâtons dans les roues. il aurait abandonné ce genre d'initiatives depuis longtemps si sa fille n'aimait pas tant ça. mais voilà qu'elle le rejoins, monte sur son tabouret installé à cet effet et se penche sur le saladier, l'air dubitative. "il manque pas un cruc ?" "on dit un truc ma chérie. et c'est le chocolat, je ne sais plus où je l'ai rangé." "dans le frigo peut-être ?" "enfin pourquoi j'aurai-" il s'arrête là, les yeux plongés dans le regard de sa fille. mais oui bien sur, le frigo. abandonnant là les prémices de sa confection, il ouvre la porte du frigidaire et y retrouve les tablettes, rangées entre le beurre et les yaourts. un choix fait alors qu'il vidait les sacs de courses sous une chaleur infernale. homme intelligent qu'ils disaient ? luke vient de frapper le front comme pour se punir de ne jamais faire attention à rien, étalant un peu de pâte à gâteau sur sa peau humide sans s'en rendre compte. il est de toute façon déjà assez sale, avec son vieux t-shirt et son short taché de peintures, vieux restes d'une séance de bricolage improvisée. prêt à en découvre avec les tablettes, il s'arrête cependant en plein mouvement alors qu'on sonne à la porte. le brun fronce les sourcils, il n'attends personne pourtant. "j'y vais !" nora hurle, trop heureuse de quitter la cuisine en courant comme une dératée. le gars ne peut que sourire devant l'énergumène qu'est sa fille, et entreprend de poser ce qu'il tient pendant qu'elle se jette sur la poignée. la voix qu'il entend du corridor le glace d'un coup et c'est avec un visage légèrement paniqué qu'il arrive dans l'entrée, alors que nora dans un même temps se jette sur les cupcakes proposés par la brune et part en courant, la précieuse nourriture entre les mains. lui fixe may, hébété. "qu'est ce.." qu'est ce que tu fais là qu'il a envie de dire. habillée comme pour aller au boulot, le sac plein et l'air amusée, elle le regarde. l'homme se sent stupide, la debout, incapable de bouger. il se reprend et s'approche, arrivant à la porte. "maïly qu'est ce que tu fais là ?" l'image du père de la jeune femme dans un sale état revient et son air devient plus grave. "c'est ton père, il est encore arrivé quelque chose ?" prêt à aidé jusqu'au bous.


Dernière édition par Luke Alderson le Dim 19 Juil - 22:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: EAST-SIDE
Luck's karma: Vous vous êtes fait piquer par une guêpe, jusque là, rien de bien étonnant. Quoique. Cela ne vous est jamais arrivé et que, vous venez donc seulement d'apprendre que vous y êtes salement allergique.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: Suddenly, two worlds collide. (◊) lukïly   Dim 19 Juil - 21:33



Out of the doubt that fills your mind
I somehow find you and I collide

@howie day

Maïly est venue jusque chez lui dans une intention bien précise. Cependant, elle ne s’attend pas vraiment à tomber sur une petite fille. Cette petite fille est le portrait craché de Luke. La jeune femme a l’impression qu’on lui assène un coup de poing dans le ventre. Elle a mal au cœur. Il est au courant de son père. Et lui, il n’a pas pensé une seule seconde à lui dire qu’il était papa ? Et une femme aussi peut-être d’ailleurs ? Il a sûrement une vie de famille dont elle ignore tous les détails. Il lui semble que finalement elle ne le connaît plus. Pourtant, elle se concentre sur la petite fille ignorant son cœur qui se serre dans sa poitrine. May lui propose des cupcakes. La demoiselle en prend deux et s’en va en courant. La jeune femme se relève amusée de voir que la petite fille a saisi son offre sans hésiter une seule seconde. Elle a toujours la boîte à moitié vide dans les mains.  Il entre dans son champ de vision. Son regard croise le sien. Son cœur rate un battement. Son visage se ferme. Maïly est déçue. Sans trop savoir pourquoi, il lui semble qu’elle aurait dû le savoir. Il aurait du lui dire. Il se rapproche de la porte. "maïly qu'est ce que tu fais là ?", lui demande-t-il. Il prend un air plus sérieux et plus grave alors qu’il rajoute : "c'est ton père, il est encore arrivé quelque chose ?" Ses sourcils se froncent. Elle a envie de lui hurler dessus. De lui interdire de mentionner son père alors que lui n’a jamais mentionné sa fille.  Elle lui tend la boîte de gâteaux. Ils sont pour lui après tout. Elle aurait préféré lui envoyer en pleine figure. Une fois qu’ils ont quitté sa possession, elle baisse la tête pour chercher dans son sac. Elle sort des notes qu’il a rédigé. Maïly est blessée. La demoiselle ne compte pas lui faire perdre une minute de plus de son temps. «  elle a l’air adorable ta fille. elle a tes yeux. je me suis permis de venir chez toi car j’ai un problème concernant tes notes sur l’affaire Williams… » , répond-t-elle. Son ton est un peu plus sec qu’elle ne l’aurait souhaité. Finalement, elle n’a pas pu s’empêcher de faire une remarque sur son enfant. Ça lui fait mal alors elle aimerait lui faire mal aussi. Pourtant, c’est Luke. Alors, elle lutte très fort pour ne pas laisser son cœur parler. Elle l’empêche de lui crier qu’il la déçoit et de lui reprocher d’avoir omis une partie aussi importante de sa vie. Cependant, il n’a aucun compte à lui rendre. Il n’a pas à partager des détails de sa vie privée avec elle. Ils ne sont que des collègues de travail. Rien de plus, n’est-ce pas ? Alors pourquoi ça fait mal ? Elle lui tend le bout de papier. « impossible de déchiffrer tes hiéroglyphes. enfin, je ne vais pas vous déranger plus longtemps. tu n’as qu’à m’envoyer ça par email dans la soirée… je voulais juste m’assurer que tout était en ordre pour demain. » , lui explique-t-elle. Elle déglutit. Elle joue avec ses mains. Elle fait tourner sa bague autour de son index. Maïly est mal à l’aise. Il lui semble qu’elle n’a pas sa place ici. Pourtant, elle n’a pas envie de partir pour autant. «  à moins que tu n’en aies pas pour longtemps et que tu puisses me dire ça vite fait maintenant ? » , propose-t-elle. Ses bras se croisent sur sa poitrine. Elle déteste l’emprise qu’il a sur elle.  Cette facilité déconcertante qu’il a d’influencer ses humeurs. Elle devrait être contente pour lui. Contente de savoir qu’il a une fille, une femme et une jolie maison. C'est une égoïste et elle s'en veut. Il mérite une petite vie parfaite. Il mérite d'être heureux. Il lui semble pourtant qu'un autre homme se trouve en face d'elle en cet instant. Ce n'est plus son luke. Ce n'est plus son asociado abogado. C'est luke le papa du dimanche. Un parfait inconnu habillé tout décontracté à l'air perdu. Ça la frustre. Elle ne sait plus trop comment agir ou ce qu'elle est supposée faire. Son regard se perd dans le sien à la recherche d'une réponse.

_________________
   
(◊)   you're not  just a pretty face, are you?
{ as of this second, i am going to act
like the hero that i am. } 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Suddenly, two worlds collide. (◊) lukïly   Dim 19 Juil - 23:16

›suddenly, two worlds collide.
l'homme est surprit de voir may ici. parce qu'il ne lui a jamais donné son adresse ni invité chez lui. sa maison, c'est un peu son havre de paix. un endroit où ne viennent que ceux qui font parti de leur vies à eux, sa fille et lui. protecteur envers une enfant qui pourrait s'attacher, et perdre à nouveau ceux à qui elle tient. la mort de sa mère a été déjà assez compliqué pour qu'il lui impose une quelconque présence non indispensable dans sa vie. pas de femme dans la sienne non plus, désireux de ne pas bouleversée l'enfant. ne pas lui promettre une maman, et se faire larguer le mois d'après. non, il ne veut pas imposer ça à nora. pourtant, voilà que may est devant sa porte d'entrée et parle à sa fille. celle-ci ce sert et fuis, chipie au sourire d'ange. lui aussi aurait bien envie de fuir lorsqu'il voit le regarde qu'elle lui porte. il rêve ou elle est triste. gêné il s'approche, s'essuie autant qu'il peut les mains sur son short, et mord sa lèvre inférieur sous le coup du gêne. "elle a l’air adorable ta fille. elle a tes yeux. je me suis permis de venir chez toi car j’ai un problème concernant tes notes sur l’affaire williams…" luke la regarde, interdit. les compliments qu'elle vient de faire le touchent plus qu'il n'oserait l'avouer et cependant le ton employé le dérange, l'irrite. "merci." merci ? il voudrait se frapper. au lieu de ça il attrape la boite et la pose où il peut. sa gorge est sèche et il ne trouve rien d'autre à dire face à l'air agacé de son amie. certes il a merdé en lui cachant cette vie, mais d'où cela la regarde, hein ? après tout, lui ne lui a jamais rien demandé à propos de ce mari qu'elle se traine. elle et son alliance le rendent dingue et ce depuis le premier jour. il la regarde sortir ses papiers, incapable de bouger, incapable de la déchiffrer elle. oui il y a toujours les pics, les critiques et le ton légèrement condescendant. mais quelque chose à changer et il c'est que c'est à cause de nora. d'habitude, ce sont les femmes qu'il tente de fréquenter qui voient d'un mauvais oeil l'existence de sa fille, pas ses collègues déjà mariées. "impossible de déchiffrer tes hiéroglyphes. enfin, je ne vais pas vous déranger plus longtemps. tu n’as qu’à m’envoyer ça par email dans la soirée… je voulais juste m’assurer que tout était en ordre pour demain... à moins que tu n’en aies pas pour longtemps et que tu puisses me dire ça vite fait maintenant ?" luke la regarde elle, puis le papier, et vient l'attraper de ses doigts encore un peu collant, définitivement troublé par sa présence. "c'est un trois, et ça un huit." pas capable de parler plus, il lui tend la feuille, sans la lâcher elle des yeux, la jolie brune qui fait battre son coeur. la femme mariée . il enrage, et lui en veut un peu de s'être ramenée là où il n'aurait voulu pour rien au monde la voir. la figurer marchant dans la maison, vivre ici, tout ça est plus douloureux qu'il ne l'aurait voulu. mais comme il voit qu'elle est sur le point de repartir, il se remet en route, instinctivement. "merci pour les cupcakes. j'étais sur le point de faire un gâteau au chocolat mais je suis une vrai catastrophe." ce besoin de se justifier ce fait sentir en lui et voilà qu'il devient moulin à paroles. "sa mère est morte. j'essaye de l'élever mais c'est dur. je n'en parle jamais parce que les gens s'apitoient rapidement, et oublient tout aussi vite. je ne voulais pas t'embêter avec ça." c'est surement ça qui les embêtes tous les deux. ce silence entre eux, ce silence qui n'aurait pas du exister -ou être rompu. mais voilà, le silence est là et il laisse une cicatrice. "je ne savais pas que tu étais du genre à bosser, même le dimanche. ton mari ne dit rien ?" son menton vient pointer ses mains, comme pour montrer qu'il a bien comprit. il déteste cette alliance, mais elle est là. alors autant vivre avec.
Revenir en haut Aller en bas

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: EAST-SIDE
Luck's karma: Vous vous êtes fait piquer par une guêpe, jusque là, rien de bien étonnant. Quoique. Cela ne vous est jamais arrivé et que, vous venez donc seulement d'apprendre que vous y êtes salement allergique.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: Suddenly, two worlds collide. (◊) lukïly   Lun 20 Juil - 15:12



Out of the doubt that fills your mind
I somehow find you and I collide

@howie day

May est venue chez lui sans prévenir, sans lui demander la permission.  Elle n’a pas pris une seconde pour penser. Comme bien souvent c’est son agacement et sa colère qui dictent sa conduite. Elle aurait sûrement du réfléchir une minute avant de partir. Se dire que peut-être elle pouvait interrompre quelque chose. Se dire que peut-être le reste du monde n’est pas comme elle. Maïly est le genre de personne qui aime que les choses soient bien préparées, bien présentées, bien propres et claires. Elle n’aime pas laisser de place au doute. Le doute laisse entrer la possibilité d’un échec. Ce n’est donc pas surprenant qu’elle ne se soit pas doutée du fait qu’elle pourrait le déranger. Cependant, en dehors de sa surprise apparente, il ne semble pas lui en vouloir beaucoup. May a rencontré sa fille. Ce n’était pas son intention. C’est fait pourtant. C’est trop tard pour reculer maintenant. Elle ne veut pas partir en courant comme une voleuse et pourtant elle est mal à l'aise. Il la remercie pour son commentaire au sujet de sa fille. La jeune femme se concentre déjà sur la raison de sa venue. Tout simplement parce que c'est plus facile et ça lui évite de trop penser. Elle n’a pas vraiment l’habitude des enfants. Et elle ne connaît pas non plus beaucoup de parents. Les seuls qu’elle connaisse sont ses clients. Il la regarde un instant avant d’attraper le papier lui arrachant des battements désordonnés. "c'est un trois, et ça un huit." , lui répond Luke en lui rendant la feuille. La jeune avocate sort un stylo de son sac. Elle inscrit à l’intérieur de sa main un 3 et un 8. Elle n’arriverait pas à écrire sur le bout de papier sans aucun appui alors cela lui semble la solution la plus simple. Ce n'est pas la meilleure pour autant. Son regard se perd dans le sien. Elle doit partir. Elle a obtenu ce qu’elle est venue chercher alors elle n’a plus aucune raison de rester. Cependant, May a envie d’en voir plus, d’en savoir plus. May aimerait comprendre. Comprendre pourquoi et comment il en est arrivé là. Mais elle ne peut pas lui demander. Alors elle croise ses bras sur sa poitrine alors qu’il se justifie : "merci pour les cupcakes. j'étais sur le point de faire un gâteau au chocolat mais je suis une vrai catastrophe." Un sourire passe sur ses lèvres. Elle l’imagine entrain d’essayer de faire un gâteau. Ça doit être un spectacle assez amusant surtout avec un enfant au milieu.   « Je sûre que ta fille ne serait pas d’accord. Je suis certaine qu’en grandissant ce sera un de ses meilleurs souvenirs. », lui répond la brunette sans une once d'hésitation. Elle lutte très fort pour chasser ses propres souvenirs d’enfance. Oui, parler de l’enfance de la petite lui rappelle la sienne. Cela lui rappelle la petite fille qu’elle était il y a si longtemps… Elle déglutit. Il continue sur sa lancée : "sa mère est morte. J’essaye de l'élever mais c'est dur. je n'en parle jamais parce que les gens s'apitoient rapidement, et oublient tout aussi vite. je ne voulais pas t'embêter avec ça." Son regard lâche le sien. Elle a envie de le serrer très fort dans ses bras. Elle a mal pour lui. C’est étrange. Mais de savoir qu’il a pu souffrir autant, que sa fille a pu souffrir autant cela lui serre le cœur. Elle a les yeux qui brulent. Elle détourne son regard ne voulant pas lui montrer que ça la touche. Non, May n'a pas de coeur. Ce n’est pas surprenant que ce soit difficile. Surtout avec leur travail qui demande beaucoup de temps et d'efforts. Élever un enfant ne doit pas être de tout repos. Il lui semble qu’il a du mérite. Pourtant, la jeune femme n’a pas envie de lui dire qu’elle est désolée car elle n’a pas l’impression qu’elle puisse vraiment comprendre ce qu’il a du traverser et ce qu’il continue de traverser. La mère de Maïly l’a abandonné lorsqu’elle avait 12 ans. Sa mère n’est pas morte. Elle est partie. Celle de la petite brunette de cinq ans a disparu pour toujours. «  Je suis sûre que tu devrais te donner plus de mérite. Il suffit de voir ta fille pour se rendre compte que tu fais du bon boulot. La vie est injuste, c’est tout. » , lui répond May en déposant son regard dans le sien. Elle ne va pas lui montrer de la pitié. Il a été clair qu’il n’est pas intéressé par cela. May ne saurait pas comment faire de toute façon. Elle n’a pas réfléchi. Elle a simplement fait part de ses pensées. "je ne savais pas que tu étais du genre à bosser, même le dimanche. ton mari ne dit rien ?" , lui demande-t-il finalement. Elle le regarde une minute sans comprendre. Quel mari ? Puis, May réalise qu’il lui montre l’alliance qu’elle porte à sa main gauche. Cette alliance qu’elle fait tournoyer autour de son index depuis quelques minutes sans s’en rendre compte. Un sourire amusé se dessine au coin de ses lèvres. Elle n’a jamais pensé que cette alliance pouvait signifier qu’elle était mariée. D’un côté, ça semble logique. « Il ne me semble pas que je sois mariée avec mon père… C’est l’alliance de ma mère.  Elle l’a laissé sur ma table de chevet avant de partir depuis je l’ai jamais quitté. Et t’inquiète pas pour les cupcakes, je n’allais pas venir les mains vides alors que je venais te déranger un dimanche... » , lui lance-t-elle en observant la façade de sa maison. Elle n’arrive pas à le regarder dans les yeux. Il est sûrement la seule personne à ce jour qui sait vraiment d’où lui provient cette alliance. May a été fiancé et presque mariée pendant quelques temps mais leur union n’a pas duré longtemps. La brune a bien vite réalisé qu’en vérité, elle n’était pas amoureuse du jeune homme. Ils se précipitaient car elle cherchait une échappatoire. La bague de sa mère est pour elle, un moyen de ne pas oublier. De ne pas oublier que les moments ne durent pas, que tout peut basculer d’un moment à l’autre. Il est vrai qu’elle a tendance aussi à chasser les hommes qui pourraient dérober son cœur. « en tout cas, si jamais tu as besoin d’aide avec… ta fille. Je n’ai pas forcément beaucoup d’expérience avec les enfants mais les grands enfants cela me connaît. Je te dois bien ça... » , lui offre-t-elle en souriant. Par « grand enfant », May parle de son père bien sûr. Elle est sincère. Il doit avoir besoin de souffler de temps à temps.

_________________
   
(◊)   you're not  just a pretty face, are you?
{ as of this second, i am going to act
like the hero that i am. } 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Suddenly, two worlds collide. (◊) lukïly   

Revenir en haut Aller en bas
 

Suddenly, two worlds collide. (◊) lukïly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» RUMER ๑ When worlds collide, and days are dark [UC]
» TWO WORLDS COLLIDE ◭ (cassie&donald)
» Worlds Collide △ Tennessee
» Stranges Worlds
» When two objects collide, there is always damage of a collateral nature ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: THE OBVIOUS CHILD :: escape-