AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: Coincée dehors sans mes clés.. et un long week end qui s'anonce sans possibilité de rentrer chez moi..
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam   Mer 8 Juil - 23:27




Cap de monter? Cap de parler?

" Allez Durden vient montes!". Le chien sans attendre monta sur le siège passager. Elle l'amenait partout. Partout depuis que Sam n'était plus là. Ce chien, qu'ils avaient choisi tous les deux, qu'ils avaient aimé tous les deux, c'était la seule chose qui lui permettait de tenir. Elle avait l'intime conviction qu'il comprenait sa détresse, il restait près d'elle, passait sans arrêt sa tête sous sa main, en quête de caresses. Ce chien était un amour, littéralement. Elle revenait de sa boutique, et faisait un tour en voiture, ça la calmait, ça lui vidait la tête. Quand elle conduisait elle ne pensait à rien, juste à conduire, à tourner à gauche. Freiner. Puis aller à droite. Il n'y avait que ça. Conduire avec Durdon, c'était les seuls moments où elle ne pensait pas à lui, où elle ne pensait à rien. Où elle était bien. Sans savoir trop comment elle se retrouva près de l’hôpital. Si seulement il existait un hôpital pour les cœurs brisés, elle y serait tous les jours depuis un mois. Elle se pencha légèrement pour mettre la radio. Never let me go d'elle ne sait plus qui. Les larmes lui montent aux yeux. Finalement elle n'aurait pas dû allumer cette radio. Elle dort tellement mal que la moindre évocation de tristesse ou de souvenir avec lui la fait pleurer. Oh oui elle ne dort pas bien seule dans leur maison, dans leurs draps, leur lit. Elle laisse même Durden dormir avec elle tellement elle se sent seule. Elle n'avait jamais été seule avant. Il y avait toujours eu Sam, ou bien sa famille mais jamais elle n'avait été obligé de dormir si longtemps toute seule. Et ça ne lui réussissait pas. Elle n'arrivait même plus à cacher ces cernes. Elle y mettait du temps pourtant tous les matins pour essayer de ressembler à quelque chose d'autres qu'une ex-fiancée qui n'allait pas bien. Mais en vain. Elle regarda dans son rétroviseur pour se rabattre sur la voie de droite, et regarda à nouveau face à elle après avoir jeté un coup d’œil à son chien, leur chien. Elle crut un instant reconnaître la personne qui faisait du stop au bout de la rue, mais elle secoua la tête, elle avait tellement envie de le voir qu'elle se l'imaginait dans la rue comme ça, faisant du stop. Mais plus elle s'approchait, et plus la silhouette lui paraissait familière, et plus son cœur lui criait que c'était lui. Sam.Elle avait avancé la tête machinalement, et froncé les sourcils comme si elle allait voir mieux. C'était bien lui. Mais il avait un plâtre et des béquilles, comment c'était il fait ça?  Qu'est-ce qu'il faisait dehors? À marcher tout seul? Elle sentit son cœur explosé de bonheur et d'anxiété à la fois. Il était hors de question qu'elle le laisse là-dehors, non ça jamais. Mais est qu'il allait accepter de monter? Est-ce qu'il allait lui adresser la parole?Des milliers de questions lui traversèrent l'esprit, mais elle n'eut pas le temps de réfléchir qu'elle était déjà à sa hauteur. Elle se mit sur le côté bas de la route et alluma ses feu de détresses. Elle souffla un bon coup, et baissa la vitre tout en se penchant vers la portière. " Sam, tu montes? " C'était minable comme premiers mots depuis ses messages vocaux, depuis leur...dernière rencontre.  Sam tu montes? Sérieusement! Elle baissa les yeux pour ne pas croiser les siens, elle ne s'en sentait pas capable. Elle se doutait qu'il allait refuser. Mais elle croyait au destin, elle ne croyait pas en Dieu, quel qu’il soit, elle ne croyait pas au hasard. Si Sam est là en face d'elle, c'est qu'il y a une raison, qu'ils doivent se voir, parce que c'est le destin qui l'a voulu, comme lors de leur première rencontre. Elle attend sa réponse, tout en observant leur chien qui est là entre eux. À voir le regard que porte Durden sur Sam, il ne peut être qu'heureux. Elle n'en a aucun doute. Elle aussi elle est heureuse de le voir, de l'avoir à quelques mètres d'elle. Il lui a tellement manqué. Mais elle sait aussi que Sam doit être encore fou de rage. Elle se souvient bien de sa réaction avec Clark... On ne peut pas calmer une haine comme celle-là en un mois... elle en a bien conscience. Et alors qu'elle attend sa réponse, elle voit son pare-brise se couvrir de minuscule petite goutte d'eau qui grossit en quelques secondes. Le destin. Elle regarde Sam, pas dans les yeux non, elle regarde sa joue, parce que c'est plus simple que de le regarder dans les yeux, et puis elle a toujours eu tendance à regarder les joues des gens quand elle ne savait pas où regarder. Et puis elle se donne du courage pour lui reparler en se disant que cette fois les mots qu'elle va employer ne seront pas aussi nuls. " Allez Sam...il  pleut tu ne vas pas rester là... et puis Durden meurt d'envie de te voir..." Elle caressa son chien et murmura de façon à ce qu'il n'entende pas " et moi aussi...". Pour preuve Durden passa sa tête à travers la vitre ouverte faisant mine de vouloir lécher son maître.  " S'il te plaît montes" et depuis un mois elle plonge pour la première fois ces prunelles dans les siennes, pas longtemps. Deux secondes à peines, le temps d'avoir perdu tout courage de le regarder dans les yeux, ces belles prunelles dans lesquelles elle aimaient tellement se plonger.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AND YOU SAID YOU ARE
U N C O N S O L A B L E

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: DOWNTOWN, n°137.
Luck's karma: il va être père.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam   Ven 10 Juil - 14:24




Do you recall, not long ago, We would walk on the sidewalk
Innocent, remember? All we did was care for each other.

@nicolecross

Il y a des jours comme ça, qui ne sont juste pas bons, il en est profondément convaincu. Et aujourd'hui en est la preuve pratique. Après son rendez-vous à l'hôpital pour voir le doc, il se retrouve là, son dernier bus déjà parti. Génial. Il regrette le temps où il pouvait conduire, sans se soucier des heures ou du retard. Là, c'est... Pénible, réellement pénible que de devoir emprunter les transports en commun. Rien que pour la contrainte de l'heure, notamment. Mais bref. Tant pis. Il se fait une raison, il va rentrer à pied et puis c'est tout. Même si ça ne l'enchante pas spécialement, même si ça commence lui faire mal aux mains, que de sauter en béquilles. Il n'a de toute façon pas le choix. Mais les nuages qui se profilent à l'horizon ne sont pas plus engageants. Que ce soit l'orage ou la pluie, l'un des deux va finir par éclater, et il aimerait être rentré avant que l'un ou l'autre fasse son apparition. Mais il a de la route, jusqu'à chez lui. Il va donc falloir prendre son mal en patience, et aller de l'avant. Comme toujours. Sauf que, malgré toute la bonne volonté dont il peut faire preuve, ça l'énerve vite, de devoir sautiller avec ses béquilles alors que les premières gouttes de pluie font leur apparition. Il échappe un long soupir. Tant pis, il va faire ça à l'ancienne. Alors il se poste là, sur le bord de la route, à faire du stop. Il y a bien quelqu'un qui va avoir pitié de lui, non ? Quelqu'un pour s'arrêter et le prendre à bord. Du moins, il espère. Sinon, il n'a plus qu'à traîner sa jambe jusqu'à chez lui, et ça l'enchante peu. Mais au bout de quelques minutes, une voiture s'arrête. Une voiture qui lui semble étrangement familière, même s'il ne percute pas tout de suite. Il faut que la vitre se baisse pour qu'il comprenne. Qu'il la voit, elle. Lucy. Il serre les dents un instant. Regarde plus loin. Parmi toutes les voitures qui passent, il fallait qu'il tombe sur elle. Il jette un coup d'oeil à Durden, souriant légèrement alors que l'animal penche la tête pour obtenir une ou deux caresses. Tu montes ? Comme ça ? Comme si c'était si simple ? Il soupire un peu. Se dit qu'il ferait mieux de continuer sa route à pied, finalement. Mais il y a une part de lui qui veut monter dans cette voiture. Une part qui arrive à passer au-dessus de ce que Lucy lui a fait. Pas seulement pour se faire déposer chez lui, non. Aussi pour la voir. Voir ce qu'elle est devenue, en un mois. Il n'est pas sûr d'arriver à parler. D'être totalement sincère. Comment le pourrait-il, après tout, quand se regarder en face avec elle est déjà devenu une épreuve. Elle a raison, il pleut. Et déjà que ce n'est pas simple d'avancer en béquilles, il ne veut pas s'imaginer à quel point ça pourrait glisser et empirer son cas. Durden sort la tête de la voiture, agite un peu la tête. Sam finit par esquisser un sourire, et papouiller sa tête d'une main. Il lui a manqué, oui. Ce chien lui manque. Mais elle aussi, elle lui manque, quelque part. Peut-être que, malgré les récents événements, il n'est pas totalement passé à autre chose. Peut-être que, même s'il refuse de l'admettre, même si ça fait mal, oui, il l'aime encore. La pluie se fait de plus en plus importante, si bien qu'il finit par prendre la décision d'ouvrir la portière et de rentrer dans le véhicule. Il s'arrange pour poser son sac à dos d'un côté, ses béquilles de l'autre, dans une organisation un peu douteuse. « D'accord. » Souffle-t-il simplement. Durden se retrouve derrière, Sam regarde la route devant eux. Il n'ose pas la regarder elle. Il a peur de ce que ça va lui faire. De ce qu'il va ressentir. Pourtant, il s'y résout, et il croise brièvement son regard une fois de plus. « Merci, je suppose. » Il hoche un peu la tête. Regarde à nouveau la route. « Si tu pouvais me déposer du côté du centre. » Il y a mieux, pour engager la conversation. Tellement mieux. Mais une fois de plus, il a peur. Peur de s'intéresser de plus près encore à elle, d'en venir à poser des questions. Elle pourrait l'attendrir. Ça pourrait aussi s'envenimer. Rien n'est moins certain que la suite, et pourtant, il va devoir composer avec. Après un instant de silence, il reprend tout de même la parole. Parce que c'est la moindre des choses, vu qu'elle le sauve d'une escapade sous la pluie. « Hm... Comment tu vas, depuis le temps ? » Un mois précisément. Il soupire un peu. La regarde une nouvelle fois. Il ne sourit pas, il n'y arrive pas. Mais il l'observe. Comme si la réponse était écrite sur son visage. C'est tout ce qui lui reste après tout ; une image. D'elle, d'eux, de ce qu'ils étaient avant, de ce qu'ils ne sont plus aujourd'hui.

_________________

    It's spiraling down, biting words like a wolf howling. Hate is spitting out each others mouths, but we're still sleeping like we're lovers. Still with feet touching, still with eyes meeting, still our hands match, still with hearts beating. @daughter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: Coincée dehors sans mes clés.. et un long week end qui s'anonce sans possibilité de rentrer chez moi..
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam   Mer 15 Juil - 14:44




Cap de monter? Cap de parler?

Elle le regarde faire, et elle y croit davantage encore à son destin. Son foutu destin qui lui a permis de vivre une histoire si belle avec lui. Au fond de son cœur elle espère, elle espère que Sam va lui pardonner, que tout redeviendra comme avant, qu'il lui pardonne, qu'ils se marient, et qu'ils soient heureux... elle l'espère et en même temps elle le connaît. Elle sait qu'il ne lui pardonnera jamais, jamais après ce qu'elle a fait. Elle a rompu toutes ses promesses envers lui, tous les projets qu'ils avaient. Et quelque part elle espère qu'il comprendra un jour... que non elle n'était pas si heureuse que ça depuis qu'il se concentrait plus à son travail qu'a eux. Elle repense à ce soir-là...quand il a tout découvert, et qu'elle a tout perdu... elle y repense et elle arrive de justesse à ne pas avoir les larmes aux yeux. Pas devant Sam, il croira qu'elle l'a fait exprès, qu'elle veut l'attendrir pour qu'il revienne. Alors elle se mord une lèvre, et pense à la douleur que ça lui procure, et cette douleur, elle l'empêche de pleurer de penser que peut-être jamais plus elle ne pourra l'embrasser. « D'accord. » Son cœur s'emballe à l'entente de sa voix et au sens de ce petit mot qu'il vient de prononcer dans un souffle. Il monte, et même s'il rentre maladroitement dans la voiture avec son plâtre et ses béquilles, elle le trouve beau, beau et tellement lui, tellement... Sam. Elle ose lui faire un petit sourire, mais elle sait que même si son cœur s'emballe, même si tout son corps frissonne par le peu d'espace qu'il y a entre eux, elle sait que le trajet va être compliqué. Pour lui, mais pour elle aussi. Un instant elle se demande si elle aurait dû le laisser, ne pas s'arrêter et continuer sa route, mais elle se maudit aussitôt de penser de cette façon. Elle démarre doucement la voiture tandis qu'il la remercie, ou presque. " Si tu pouvais me déposer du côté du centre. " Il est froid, et en même temps elle le comprend; si les rôles avaient été inversé, elle le haïrait... et jamais elle n'aurait accepté de se retrouver dans la même voiture que lui. Mais les rôles ne sont pas inversés, et c'est elle qui doit se faire pardonner, pas lui. C'est elle qui a merdé avec Clark...elle pense d'ailleurs au jeune homme qu'elle n'a pas rappelé, par honte, elle devrait le faire elle sait, pour s'excuser, pour mettre les choses au clair... mais elle ne le fait pas. Au moins Sam est là, à côté d'elle, et c'est à lui qu'elle doit d'abord des explications. " Au centre? Sam, je ne te laisse pas marcher dans cet état! Je te dépose là où tu séjournes! " Elle n'avait pas réfléchi, elle avait parlé sans réfléchir, et son ton était plus un ordre, qu'une proposition, mais c'était dit, elle détourna la tête de la route une seconde pour le regarder " Désolé" Elle ne savait pas trop si le petit mot qui venait d'être dit timidement était pour le ton qu'elle avait employé, ou pour ce qu'elle avait fait...un peu des deux surement. Décidément ça commençait plutôt mal...elle s'y prenait très mal...comme à chaque fois où elle était mal. Elle espérait que Sam se souvienne de cet aspect de sa personnalité, maladroite quand ça ne va pas, parce que s'il n'avait pas oublié ça, il saurait alors qu'elle était désolée, vraiment. « Hm... Comment tu vas, depuis le temps ? » Il a hésité à lui poser la question, et Lucy aurait préféré qu'il s'en abstienne... cette phrase elle ne la supportait pas, pas depuis un mois. L'entente de ces mots lui mit directement les larmes aux yeux et elle pria le destin pour qu'il ne le voit pas. Elle essaya de se concentrer sur sa voie, pour qu'il n'entende pas sa détresse. " Eh bien...bien...j'imagine.je...ça va, enfin je me débrouille.mais hum...je...?" Minable. Elle hésite, elle hésite à lui demander de revenir, elle hésite à lui dire qu'elle ne peut pas vivre sans lui, et qu'elle l'aime, qu'elle ne peut plus faire ça, vivre comme elle le fait depuis un mois, qu'elle ne se reconnaît plus, qu'elle a trop besoin de lui. Mais alors que les mots allaient sortir de sa bouche elle se retient. Oui, elle pourrait lui dire tout ça, mais elle ne peut pas le faire de cette façon, pas comme ça...il ne l'accepterait pas, elle le sait. Alors elle se racle la gorge, et lui pose une question qui la démange depuis qu'elle l'a prise dans sa voiture. " Comment tu t'es fait ça Sam? Qu'est-ce qui t'est arrivé.?" Sa voix trahie de l'inquiétude cette fois, parce que oui elle est inquiète, depuis un mois elle est inquiète et si elle arrivait à se le cacher, le voir dans cet état l'attriste et l'inquiète bien plus que ce qu'elle aurait cru.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AND YOU SAID YOU ARE
U N C O N S O L A B L E

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: DOWNTOWN, n°137.
Luck's karma: il va être père.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam   Ven 17 Juil - 19:48




It's everything you wanted, it's everything you don't
It's one door swinging open and one door swinging close,
Some prayers find an answer, Some prayers never know
We're holding on and letting go.

@rosscopperman

Une rencontre anodine, pas vrai ? Sam, il a du mal à y croire. Et si Lucy est toujours là-même, elle aussi doit penser que ce n'est pas juste du hasard. Il sait. Il sait qu'elle a toujours cru au destin, ou quelque chose du genre. Et lui aussi a commencé à y croire peu à peu. Tout arrive pour une raison. Les bonnes, comme les mauvaises choses. Il ne sait pas trop dans quelle catégorie mettre cette rencontre, aussi déstabilisante soit-elle. Il faut dire que Sam est plutôt mauvais quand il s'agit de mettre une étiquette sur les choses, de poser des mots sur des situations. Il est plutôt de ceux qui restent dans le flou théorique et se contentent de vivre pleinement l'instant présent, sans se soucier des noms et des descriptions. Il regarde leur chien. Puis, il la regarde elle. Toujours la même que dans son esprit. Elle n'a pas changé, à ses yeux. Toujours la même brune pétillante. Son sourire lui manque. Elle lui manque. Beaucoup trop de choses lui manque, mais il n'est pas capable de faire semblant. De se remettre de cette histoire et de prétendre que tout va bien, alors que ce n'est pas le cas, alors qu'il croise trop souvent Clark à la caserne. « Au centre? Sam, je ne te laisse pas marcher dans cet état ! Je te dépose là où tu séjournes ! » Son regard reste figé sur elle. Il est un peu surpris de cet air autoritaire, mais ne montre rien. Il se contente juste de la regarder. Elle est toujours aussi... Protectrice et attentionnée. Malgré le mal qu'ils se sont faits, malgré la violence dont il a fait preuve sur leur dernière rencontre. C'est comme si elle était passé à travers. Lui n'y arrive tout bonnement pas. Peut-être qu'elle pourrait lui donner son secret. Peut-être aussi qu'il mérite de subir cela, pour le mal qu'il a fait à Whitelaw. Il ne reviendra pas sur le fait qu'à ses yeux, c'était mérité, et que si c'était à refaire, il le referait sans hésiter. Lucy s'en doute déjà, de cela. « Désolé. » Il secoue légèrement la tête. Échappe un énième soupir. « C'est rien. » Il regarde la route. Se demande pendant un instant s'il doit lui donner sa réelle adresse. Puis, après tout, qu'est-ce que cela change ? Rien du tout. « Tu n'as qu'à aller jusqu'au centre-ville, je te guiderai une fois là-bas. » Ajoute-t-il simplement. Elle lui semble si fragile sur l'instant. Si maladroite. Il sait que c'est à cause de lui ; du moins, il s'en doute. Mais qu'elle ne se méprenne pas. Lui ne gère pas mieux la situation. Il extériorise juste moins son malaise, parce qu'il est comme ça Sam, pas très expressif sur ses propres problèmes. D'ailleurs, la suite lui semble évidente. Le meilleur moyen d'éviter quelqu'un de s'intéresser à vous, c'est de l'amener à parler de lui. Et ça marche. Normalement. « Eh bien...bien...j'imagine.je...ça va, enfin je me débrouille.mais hum...je...? » Il détourne le regard. Comme si c'était trop dur de la regarder. Elle hésite, butte sur les mots. Il ne lui en veut pas. Lui aussi, il a du mal à aligner deux mots, même si ce n'est pas pour la même raison. Il ne sait pas trop ce qui la dérange elle. Ce qui l'anime lui, c'est la colère, encore et toujours, bien qu'elle soit muette aujourd'hui. Il n'a même pas envie de s'énerver. Parce qu'elle ne va pas bien. À quoi bon en rajouter une couche ? Ce serait stupide. Cruel. Et il est tout sauf cruel, Costello. Alors il ne répond rien. Il attend. Et comme il aurait dû s'y attendre, la question se retourne contre lui. « Comment tu t'es fait ça Sam? Qu'est-ce qui t'est arrivé ? » Il hausse un peu les épaules. Pas qu'il ne se souvienne pas. Il s'en souvient très bien. Et il se souvient aussi de ce qui s'est passé juste avant. Chose à laquelle il préférerait ne pas penser en la présence de Lucy. « Je, hm. Je suis tombé en sortant de ma douche... Stupide pas vrai ? » Il rit légèrement, ironique. Quelque part, il espère que ça aide à détendre l'atmosphère. Mais il n'est plus sûr de rien. Il secoue légèrement la tête, vérifie un peu nerveusement son téléphone avant d'en revenir à Lucy. Que dire de plus, sans risquer d'être blessant, sans risquer de s'en vouloir ? Il ne sait pas. Il y réfléchit dur pourtant, car Sam déteste les silences. Ils le mettent mal à l'aise. Il regarde la jeune femme. Ses mains sur le volant. Et quelque chose percute dans son esprit. La bague de fiançailles qui orne toujours son annulaire. « Oh, je vois que tu portes toujours ta bague. » Il la regarde un long instant, pas sans avoir les images de cette soirée en tête. Cette fameuse soirée où il lui a demandé d'être sa fiancée, sa femme. Tout cela lui semble si loin, tout à coup. Il secoue la tête. Regarde par la fenêtre à l'opposé. « Garde-la. Elle te va mieux qu'à moi de toute manière. » Un sourire étire ses lèvres. Est-ce que c'était une tentative d'humour ? Lui-même ne le sait plus. Peut-être. Il en a juste marre de se battre, même si c'est sans doute ce qu'il devrait faire. Il la détaille. Et il se souvient oui, de pourquoi il l'aimait, cette femme.

_________________

    It's spiraling down, biting words like a wolf howling. Hate is spitting out each others mouths, but we're still sleeping like we're lovers. Still with feet touching, still with eyes meeting, still our hands match, still with hearts beating. @daughter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: Coincée dehors sans mes clés.. et un long week end qui s'anonce sans possibilité de rentrer chez moi..
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam   Mar 21 Juil - 15:13




Cap de monter? Cap de parler?

Ca lui fait tellement de bien, de bien et de mal. Il est là. Juste à côté d'elle. Elle le voit respirer, parler, regarder Durden. Elle sent son regard sur elle, et ça réchauffe son cœur. Mais ça lui rappelle aussi qu'elle pourrait le voir tous les jours si elle n'avait pas fauté. Elle se surprend à lui parler comme avant, à lui dire qu'il ne va pas marcher comme ça, qu'elle ne le laissera pas faire. Pas question. Mais elle sait que son ton n'était pas le bon, on n'est plus avant. C'est pas facile. Elle ne sait pas comment se comporter. Elle sait que ça ne sert à rien de se lamenter, pas avec Sam, mais elle ne sait pas si elle doit faire comme si de rien n'était. Parce que ça s'est bien passé. Elle l'a bien trompé. Il à bien tabassé Clark. Il est bien partie de leur maison. Un millième de seconde elle se demande comme il va d'ailleurs depuis hier Clark. Mais elle se reprend, c'est Sam qui est à côté d'elle. Son Sam... pas Clark. Elle s'excuse doucement. Pour ces pensées? Un peu. Pour son ton? aussi. Elle l'entend soupirer, et ce soupir lui fend le cœur. Il le lui brise un peu plus encore. Elle jette un coup d'œil dans son rétroviseur, et voit encore une fois ces affreuses cernes qui lui entourent le visages, elle à l'impression qu'elle à pris 20 ans. Elle a l'air minable.  « Tu n'as qu'à aller jusqu'au centre-ville, je te guiderai une fois là-bas. » Elle hoche la tête, ne voulant pas dire à nouveau quelque chose qu'elle regretteras ou qui pourrai mettre fin à ce trajet. Parce que même si ça lui fait mal, avoir Sam dans la même pièce qu'elle, c'est juste son paradis, et ça lui met du baume au cœur. Jusqu'à ce qu'il parle a nouveau. Comment elle va. Comme quelqu'un qui voit sa vie s'effondrer, son futur partir en poussière. Comme quelqu'un qui ne peut plus se regarder dans les yeux, ou très peu. Elle détend un peu sa mâchoire quand elle sent que les larmes qu'elle retient ne sont plus aussi présentes. Et la voilà qui bafouille, et qui se maudit, encore. Mais elle ne peut pas parler d'elle. Non , elle ne s'en sent pas capable, alors elle cède à son inquiétude. Comment va t'il lui? Comment s'est il fait ça? Parce que oui elle est inquiète pour lui, toujours, elle à cette partie dans son cœur, la partie Sam, et cette partie de son cœur ne fait que s'inquiéter continuellement pour celui qu'elle aime depuis si longtemps maintenant. « Je, hm. Je suis tombé en sortant de ma douche... Stupide pas vrai ? » Elle hausse un sourcil, est ce qu'elle est censée rire? Même si elle le voulait elle n'y arriverais pas, alors elle tente un sourire. Elle s'imagine déjà que Sam à vu que ça n'était pas un vrai sourire pourtant elle essaie... mais son cœur lui à enlever l'option rire depuis un moment maintenant. " Disons que tu à eu de la chance, j'imagine que ça aurait pu être pire que ça.. Tu devrais faire attention à toi Sam" Elle se reconcentre sur la route, et joue avec sa bague de fiançailles, inconsciemment, c'est devenue un tic depuis qu'elle la porte. « Oh, je vois que tu portes toujours ta bague. » Elle baisse doucement les yeux vers sa main qui entoure le volant et percute son geste, qu'elle stoppe immédiatement. Que pouvait elle bien lui dire... elle stoppe la voiture à un feu qui devient rouge et commence à enlever la bague pour la lui rendre " Oui.. je n'ai pas eu le courage de l'enlever, mais elle t'appartient j'imagine"Et elle espère qu'il va la contredire, lui dire que non elle lui appartient à elle, pour toujours, et qu'il va revenir. Elle espère qu'il va lui donner de l'espoir. Et c'est ce qu'il fait. « Garde-la. Elle te va mieux qu'à moi de toute manière. » Est ce qu'il dit ça pour rire? Ou bien parce qu'il pense qu'il va réussir à lui pardonner? Ou alors il n'en à simplement plus rien à faire. Elle décide de ne garder en tête que la seconde solution." Merci Sam. " merci pour cet espoir, même si elle sait que ça peut être autre chose. Elle remet à son doigt la petite bague tout en se disant qu'il va revenir. Revenir à la maison. Maison dans la quelle elle-même ne peut plus rentrer d'ailleurs. C'est alors qu'elle y pense, il a encore les clés non? " Sam, ça va peut-être te paraître bizarre. Mais est ce que tu pourrais me prêter tes doubles de notre maison? je te les rendrais promis" Elle soupire de soulagement avant même sa réponse, enfin! elle va pouvoir rentrer chez elle! Merci Destiny! 

_________________
Love me. Kiss me.


Mieux vaut souffrir d'avoir aimé que de souffrir de n'avoir jamais aimé.
CRACKLE BONES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AND YOU SAID YOU ARE
U N C O N S O L A B L E

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: DOWNTOWN, n°137.
Luck's karma: il va être père.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam   Jeu 23 Juil - 17:58




This part was for her,
Does she remember?

@greglaswell

Se retrouver à côté d'elle. C'est tellement étrange. Ça le tire des semaines en arrière. Des mois. Et même des années. Ça le ramène à la base, au début de tout, et même à ces temps où ils étaient encore réellement heureux. Il la détaille. Ses beaux cheveux bruns. Il a toujours adoré ses cheveux, glisser ses doigts dedans. Sans trop savoir pourquoi. Puis son sourire, la voir sourire, ça lui a toujours réchauffé le cœur. Mais elle ne sourit plus comme avant. Comme si quelque chose s'était brisé, là, à l'intérieur. Comme pour lui. Et enfin, son regard s'attarde sur le sien. Ses yeux. Cette lueur malicieuse s'est envolée. Ou du moins, il ne la trouve plus. Autrefois, son regard brillait de joie. Aujourd'hui, il brille de larmes qu'elle retient. C'est ce qu'il se dit, du moins. Peut-être qu'il se trompe. Mais elle n'a pas l'air d'aller aussi bien qu'elle aimerait lui faire croire. Il n'ose pas reposer la question. Il n'aimerait pas rendre cet instant plus inconfortable qu'il peut déjà l'être. « Disons que tu à eu de la chance, j'imagine que ça aurait pu être pire que ça.. Tu devrais faire attention à toi Sam. » Il hoche un peu la tête. Elle a raison. Ça aurait pu être pire que ça. Mais le doc a dit qu'il ne devrait pas en avoir pour trop longtemps. Il va essayer de passer au plus vite du plâtre à l'attelle, et autant dire qu'il a hâte, il ne supporte pas ce truc qui lui immobilise la jambe. La conversation glisse sur autre chose. Sur cette bague qu'elle porte toujours. Il ne sait pas quoi en penser. Mais il ne lui en veut pas pour autant. Lui, il pense toujours à elle, même quand ça fait mal. Il se souvient de ce qu'ils avaient, et il en déprime un peu plus à chaque fois. Peut-être que cette bague, c'est son moyen à elle de se souvenir. « Oui.. je n'ai pas eu le courage de l'enlever, mais elle t'appartient j'imagine. » Il secoue un peu la tête. Non, ce n'est pas ce qu'il voulait dire. Elle ne lui appartient pas. Elle ne lui a jamais vraiment appartenu de toute manière, puisqu'il le lui a offerte. Il ne veut pas la récupérer, loin de là. Alors il lui répond, sur le ton de la rigolade de surcroît, en espérant que cela fasse mieux passer les choses pour elle. C'est pas toujours simple de parler d'un presque mariage qui a foiré. « Merci Sam. » Il hausse un peu les épaules, regarde la route à nouveau. L'air de dire que ce n'est rien. Que c'est tout naturel. Et ça l'est, pour lui. Il n'est pas tellement matérialiste, et curieusement, il tient à ce qu'elle la garde, cette bague. « C'est normal. » Ajoute-t-il simplement. Il regard où ils en sont dans leur trajet. Ils sont presque au centre-ville, et il ne faut pas qu'il se loupe pour la guider. Mais à nouveau, il la regarde quand elle prend la parole. « Sam, ça va peut-être te paraître bizarre. Mais est ce que tu pourrais me prêter tes doubles de notre maison? je te les rendrais promis. » Il est un peu surpris, et il la regarde sans vraiment comprendre. Mais il se rappelle qu'ils ne sont plus ensemble. Qu'elle fait ce qu'elle veut de sa vie, et que ça ne le regarde plus le moins du monde, pas vrai ? Il attrape son sac pour regarder dedans. Mais non, les clés de la maison ne sont plus sur les siennes, pour la bonne et simple raison qu'il n'y va plus. Alors il réfléchit un instant, avant de reprendre. « Hm, oui bien sûr, c'est juste qu'elles sont chez moi alors... Enfin il n'y a pas de problème, n'hésite pas à me le rappeler quand on arrivera. » Il hoche légèrement la tête. Le centre-ville, ils y sont. « D'ailleurs tu prends à gauche là. » Ajoute-t-il. Il se demande toujours pourquoi est-ce qu'elle a besoin de clés. Ce ne sont plus ses affaires, bien sûr, mais... Il ne peut s'empêcher de se demander pour qui. Est-ce pour elle ? Pour quelqu'un d'autre ? Pour Clark ? Il serre un peu les dents à cette pensée. Que Whitelaw emménage avec son ex-fiancée dans son ancienne maison, ça le rendrait dingue. Mais il n'a plus son mot à dire, n'est-ce pas. Ça ne l'empêche pas quand même de poser la question. « Je peux te demander pourquoi ? T'es pas obligée de répondre bien sûr, je comprends, si c'est personnel. C'est juste que. Enfin par curiosité tu vois. » Il regarde encore et toujours la route. Lui désigne de la main la direction à l'intersection. Parler pour passer le temps, pas vrai ? Il essaye de s'en convaincre.

_________________

    It's spiraling down, biting words like a wolf howling. Hate is spitting out each others mouths, but we're still sleeping like we're lovers. Still with feet touching, still with eyes meeting, still our hands match, still with hearts beating. @daughter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: Coincée dehors sans mes clés.. et un long week end qui s'anonce sans possibilité de rentrer chez moi..
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam   Ven 24 Juil - 12:30




Cap de monter? Cap de parler?

"C'est normal" Elle le regarde une fraction de seconde. Et est-ce que c'est normal de l'aimer autant, d'avoir peur de croiser son regard, d'avoir peur de dire quoi que ce soit de mal. D'avoir ce poids constant sur la poitrine. Est-ce que c'est normal ça. C'est normal de devoir vivre dans une maison où toutes les pièces sont teintées de leurs "nous". De leurs Cap. De leur amour. Est-ce que c'est normal ça. Elle aimerait lui crier ça, lui dire qu'elle a fait une connerie, qu'elle le sait, et qu'elle ne recommencera jamais. Même si elle a cette attirance pour Clark. Elle parlera plus jamais aux hommes de sa vie si ça le rassure. Elle l'a suivi ici, loin de chez elle, ça doit bien vouloir dire quelque chose pour lui. Elle a envie de lui crier: reviens-moi Sam, reviens-moi et aimes moi. Parce qu'elle a besoin de lui, de son amour. Mais elle ne dit rien. Elle qui est franche et qui n'hésites pas à dire ce qu'elle pense, elle est tétanisée face à lui. elle sait qu'elle devrait lui parler de ce qui s'est passé. Qu'elle devrait s'expliquer. Mais elle n'ose pas, elle ne veut pas tout gâcher. Pas encore. Et en un mois c'est la première fois qu'elle se sent un tant soit peu vivante. Alors elle ne dit rien, et puis elle se souvient qu'elle est dehors, enfermée, et qu'elle ne peut même plus rentré dans cette maison qui est la leur. Elle sait qu'il a le double, il ne lui a pas rendu, un signe d'espoir en plus. Elle lui pose la question, certaine que Sam va la sauver, encore. Et il le confirme, il les a, chez lui, où elle l'emmène. Elle sourit, cette fois ça n'est pas un faux, elle le sent. Elle jette un coup d’œil dans son rétroviseur encore une fois, surveillant Dordon à l'arrière. « Je peux te demander pourquoi . Tu n'es pas obligé de répondre bien sûr, je comprends, si c'est personnel. Ce n'est juste que. Enfin par curiosité tu vois. » Elle est surprise, qu'est-ce qu'il s'imagine, c'est pour elle! Pour personne d’autre, est-ce qu'l s'imagine sérieusement qu'elle veut les lui reprendre pour qu'il ne puisse plus venir, déjà qu'il ne vient pas... ou qu'elle va les donner à quelqu'un, un homme? Clark? Cette pensée l’énerve, croit-il vraiment qu'elle serait capable de faire ça? Ne l'a connaît-il pas plus que ça? Il n'a rien dit, elle se trompe peut-être... mais elle le connaît, elle sait comment il pense, comment il vit, comment il est, comme lui sait tout sur elle. Elle suit la direction qu'il lui indique tout en réfléchissant à ce qu'elle va lui répondre, son caractère impulsif aurait déjà répondu, qu'est-ce que ça te fait hein Sam? Tu viens plus, tu m'appelles pas, ne t'en a rien à foutre. mais sa tristesse prend le dessus. S'ils en sont là aujourd'hui c'est de sa faute.  "J'suis coincée dehors. J'ai perdu mes clés, où je l'ai et oublié à l'intérieur je sais pas trop... Quoi qu'il en soit j'ai passé la nuit à la boutique... n'ai aucune affaire et je suis coincée dehors... Heureusement que tu as eu l'idée de mettre un canapé quand on a fait l'ouverture de la boutique." Ça fait mal. Cette référence à eux, à un instant où ils étaient bien tous les deux, où ils avaient la vie pour s'aimer. Entre la bague et ça. Cependant ils évitaient tous les deux la discussion qu'ils devaient avoir, elle le sait, mais elle ne peut pas. Elle sent des pointes dans sa tête, et elle se doute que c'est ces migraines qui refont surface. Elle n'en avait jamais eu de sa vie, mais depuis un mois... son médecin lui avait dit que c'était la fatigue, l'épuisement, et surement une dépression qui pointe son nez, alors il lui avait donné cette prescription de médicaments pour calmer ces migraines. Médicaments qui sont dans la boîte à gants, aux jambes de Sam. Boîtes à gants dans laquelle elle cache soigneusement toute son histoire avec Sam. C'était idiot, mais depuis qu'elle avait cette voiture elle avait mis dans cette boîte à gants, toutes les photos qu'elle aimait d'elle et Sam. Il ne l'avait jamais su, c'était son jardin secret. Il y avait leur ticket d'avion pour ici aussi... et quelques bricoles. Contrairement à Sam, c'était une matérialiste. Elle avait besoin de tout ça.  Et elle avait vraiment besoin de ces médicaments aussi. Maintenant. Maintenant, sinon elle ne serait plus capable de conduire d'ici une demi-heure tellement elles étaient fortes. Il allait falloir qu'elle se repose. Vraiment. Et qu'elle voit quelqu'un aussi, un psy surement. " Sam... est ce que tu pourrais prendre dans la boîte à gant des médicaments, il n'y a que ça comme médicament, et j'en ai besoin maintenant s'il te plaît. " Il allait tout voir... Elle se maudit d'avoir mis tout ça ici, mais se ravisa, de toute façon, que pouvait-il bien dire, c'était que des photos... et des souvenirs, et eux. Peut-être n'allait-il même pas les voir. Elle se retrouva à nouveau à un croisement " Je vais ou la Sam?". Elle le regarda un instant, dans les yeux. Son regard plongé dans le sien comme avant, gêné et confuse elle détourna la tête pour regarder face à elle. Attendant ces instructions, et son médicament.

_________________
Love me. Kiss me.


Mieux vaut souffrir d'avoir aimé que de souffrir de n'avoir jamais aimé.
CRACKLE BONES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AND YOU SAID YOU ARE
U N C O N S O L A B L E

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: DOWNTOWN, n°137.
Luck's karma: il va être père.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam   Ven 31 Juil - 17:45




In the end, Everyone ends up alone,
Losing her, The only one who's ever known.

@thefray

Certains chercheraient sûrement à lui pourrir la vie, à Lucy, après ce qu'elle lui a fait. Mais Sam n'est pas ce genre d'ex. Il est plutôt du genre à s'énerver un bon coup pour essayer de passer à autre chose par la suite. L'énervement était passé. Clark en avait été l'objet. Là, Sam, il reste calme. Parce qu'il n'y a pas lieu de s'énerver. Et que de toute façon, ni l'un, ni l'autre ne semble vouloir partir sur le terrain glissant de ce qui s'est passé un mois plus tôt. À quoi bon ressasser les mauvais souvenirs. Il préfère garder une belle image de Lucy. Celle qu'il avait de cette jeune femme pétillante qui allait porter son nom dans quelques temps. Bref. Il lui confirme qu'il a la clé. Il accepte même de la lui passer, une fois chez lui. Il n'en a plus besoin de toute façon, pas vrai ? Mais il est quand même curieux de savoir pourquoi elle en a besoin. Pas que ça le concerne vraiment, ni que ça le regarde. Mais il y a cette curiosité qui le pousse à poser la question. « J'suis coincée dehors. J'ai perdu mes clés, où je l'ai et oublié à l'intérieur je sais pas trop... Quoi qu'il en soit j'ai passé la nuit à la boutique... n'ai aucune affaire et je suis coincée dehors... Heureusement que tu as eu l'idée de mettre un canapé quand on a fait l'ouverture de la boutique. » Il la regarde alors qu'il écoute son histoire. Il sourit même un peu quand elle fait référence à eux. Autrefois. La boutique. Les travaux qu'il a pu faire dedans, et cette idée du canapé. Des petits plans dans des plus grands projets... Tout ça, si soudainement envolé. Il secoue un peu la tête et observe la route à niveau, alors que le silence pèse une fois de plus dans cette voiture. Ils ne sont plus si loin de toute façon. « Sam... est ce que tu pourrais prendre dans la boîte à gant des médicaments, il n'y a que ça comme médicament, et j'en ai besoin maintenant s'il te plaît. » Il arque les sourcils. Se demande ce qui prend à la brune, si soudainement. Il l'observe, comme si c'était écrit sur son front. Mais non. Quel crétin. Il hoche doucement la tête et entreprend d'ouvrir la boîte à gants quand elle reprend la parole. « Je vais ou la Sam? » Il avise la route un instant avant de répondre. « Tout droit, et tu prends la première à gauche, c'est au 137... Tu es sûre que ça va ? » Le voilà qui s'inquiète. Comme autre fois. Si elle se souvient encore bien de lui, elle se souvient à quel point il était là quand elle était malade. À quel point il pouvait se montrer attentionné. Bref,  reporte son attention sur la boîte à gants et se décide alors à l'ouvrir. Il attrape les fameux médicaments, et fait malencontreusement tomber par la même occasion deux ou trois papiers qu'il rattrape en vitesse. Papiers qui s'avèrent être des photos. Son regard s'attarde un instant sur le thème de ces dernières... Il prend une grande inspiration. Il se sent un peu mal, il peut l'avouer. Parce que oui, ça fait mal, ces souvenirs qui s'étalent sur le papier photo. Il finit pourtant par secouer la tête et ranger rapidement les photos comme s'il n'avait rien vu. Mais il a vu. Et elle l'a sans doute remarqué. « Pardon. » Souffle-t-il simplement avant de lui donner les fameux médicaments. Il relève la tête sur la route, l'esprit encore perdu par rapport aux photos. Il réalise qu'ils y sont, lui désigne un endroit pour se garer, juste derrière sa propre voiture. « Je reviens, je vais chercher les clés. » Il sort du véhicule avec son sac et ses béquilles, le temps de se remettre dans l'ordre et de rejoindre l'entrée du bâtiment. Il lui tourne le dos, et il fronce un peu les sourcils. Vraiment ? Il va la laisser dans sa voiture après le service rendu ? Il soupire un peu, et se tourne plutôt vers elle. « Tu, hm. » Il hésite un peu d'abord avant de se reprendre. « Tu voudrais monter boire un café ou quelque chose ? Je veux dire, c'est la moindre des choses, tu m'as vraiment rendu service... » La pluie continue à tomber, et il va finir trempé s'ils ne prennent pas une décision rapidement. Mais il reste là à l'observer, finissant par hausser un peu les épaules. « Puis, je pourrais te donner les clés comme ça. » Il tente un petit sourire. Et il attend, encore et toujours. Les rôles semblent inversés. Ce n'est plus elle qui l'attend à la maison désormais. Drôle d'image qui lui traverse là l'esprit.

_________________

    It's spiraling down, biting words like a wolf howling. Hate is spitting out each others mouths, but we're still sleeping like we're lovers. Still with feet touching, still with eyes meeting, still our hands match, still with hearts beating. @daughter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: Coincée dehors sans mes clés.. et un long week end qui s'anonce sans possibilité de rentrer chez moi..
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam   Mar 4 Aoû - 0:06




Cap de monter? Cap de parler?

Elle souffle doucement avant de lui avouer qu'elle est enfermée dehors. Que peut elle bien lui dire d'autres a part avouer qu'elle à la tête ailleurs et qu'elle les a perdues. Rien. Lucy le sait. Du coin de l’œil elle le voir sourire, un petit sourire, un  minuscule même. Mais à la vue de ce minuscule sourire c'est le cœur de Lucy qui rate un battement. D'un mouvement brusque elle se concentre sur la route, pour masquer son trouble. Pour masquer son amour.  Un silence qui la tue se ressent dans l'habitacle de la voiture et son coeur se serre en pensant qu'un tel blanc n'aurait jamais été de rigueur si elle n'avait pas été attirée par Clark.. si elle n'avait pas porter trop d'importance à Clark. Elle sent une migraine pointé le bout de son nez, et elle se hait davantage. Il fallait que ça arrive maintenant. Bien évidement. Le destin poussait un peu trop les choses là. Et c'est tout en espérant qu'il ne fouille pas un peu dans la boite à gant qu'elle lui demande d’y attraper son médicament. Elle arrive à un carrefour et il lui indique la route tandis qu'il lui demande si elle va bien. " Oui, une petite migraine, ca va passer avec le médicament" Elle ne s'est pas tourné pour le regarder dans les yeux. Elle ne lui avait pas vraiment menti, mais un mois auparavant elle lui aurait dit qu'elle avait des migraines fréquente et importante, et qu'il le lui fallait vraiment ce médicament. Et vite. Mais tout à changé et elle ne veut pas l’embêter. Même si Lucy, elle est profondément touché qu'il lui es demandé s'il elle allait bien, comme avant, comme quand il l'aimait encore, et qu'il n'étais pas en colère après elle. Elle se concentre sur le la route, et cherche le numéro 197 comme il le lui à indiqué, mais elle ne peut s’empêcher de surveiller du coin de l’œil si Sam trouve les photos. Et elle espère. Elle espère que non. Parce qu'elle ne veut vraiment pas rendre cette situation encore plus bizarre, ni gênante. Foutu destin,pour une fois elle aimerait croire que quelqu'un en haut passe son temps à observer et à s'amuser avec les humains, parce que cette personne rigolerait surement de se situation. Elle essaie de se conduire normalement comme si elle n'avait pas vu qu'il avait regarder les photos qu'il avait failli faire tomber par terre. Mais elle est mortifié de l'intérieur. Elle ne veut pas faire désespérer, mais le concours de circonstance fait que c'est ce dont elle à l'air; Une fille désespérée. Il s'excuse dans un souffle et elle se demande pourquoi, mais hausse les épaules en prenant le médicament d'entre ses doigts. Sentir un bout de sa peau contre la sienne lui envoie des décharges électriques dans tout le corps. Elle prend un bouteille d'eau dans la portière gauche et avale le médicament tandis que Sam lui dit qu'ils sont arrivés à destination. « Je reviens, je vais chercher les clés. » Elle se détache et  hoche la tête. A quoi est ce qu'elle s'attendait, qu'il l'invite chez lui? Pourquoi le ferait il. Elle tourne la tête vers Durden, et lui caresse le haut du crâne quand elle entend Sam s'adresser à elle. « Tu voudrais monter boire un café ou quelque chose ? Je veux dire, c'est la moindre des choses, tu m'as vraiment rendu service... »  Elle l'observe surprise, et n'arrive pas à faire sortir un son de sa gorge, oui elle veut venir, bien sur que oui. Toute minute passé en sa compagnie aura pour réponse un oui. Mais il reprend, comme s'il voulait exposer clairement les choses« Puis, je pourrais te donner les clés comme ça. » Tu a compris Lucy, tu prend tes clés et tu te barre.   C'est ce qu'elle entend de la bouche de Sam, même si ça n'est pas dit comme ça. Mais tant pis, elle se lève, fait sortir Durden, et court avec le chien rejoindre Sam. Elle sourit doucement à son fiancé..ex fiancé, et se cale sur son rythme, considérablement ralentis par ses béquilles. Qu'importe elle est avec lui. Elle sourit davantage en voyant Durden malgré la pluie faire des rond autour d'eux, la queue en l'air et l'air joyeux. Elle suit Sam à l'intérieur du bâtiment, et regarde chaque détail, soupirant en ce disant que Sam serait bien mieux dans leur maison. "Sam...je..je suis désolée pour tout." Il fallait que ça sorte, elle ne pouvait pas repartir tout à l'heure sans le lui dire. Elle avait tout gâché,elle le savait et il était en droit de savoir qu'elle s'en voulait. "J'espère que tu pourras me pardonner un jour." Elle baisse la tête en disant ces mots. Allez Sam pardonnes lui, elle t'aime tellement. Elle devait le dire. Elle sait que elle à surement enclenché une discussion longue et pénible mais elle se devait de lui présenter des excuse pour ce qu'elle le lui avait fait, ce qu'elle leur avait fait .    

_________________
Love me. Kiss me.


Mieux vaut souffrir d'avoir aimé que de souffrir de n'avoir jamais aimé.
CRACKLE BONES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AND YOU SAID YOU ARE
U N C O N S O L A B L E

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: DOWNTOWN, n°137.
Luck's karma: il va être père.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam   Ven 11 Sep - 20:04




He will do one of two things, He will admit to everything
Or he'll say he's just not the same
And you'll begin to wonder why you came

@thefray

Le destin est une bien étrange chose parfois. Tantôt tendre, tantôt cruel. À jouer avec les sentiments de petits êtres fragiles qu'ils sont. Dans le fond, tout cela est insignifiant. Dans le fond, ils ne sont que d'infimes pièces d'un grand puzzle, une histoire qui sera oubliée dans deux générations maximum. Mais quand on prend ces petites personnes une par une, tout prend tellement plus de sens, tellement plus d'importance. Et si ce n'était pas pour rien ? Et s'il ne s'était pas retrouvé sur le bord de cette route, avec elle passant à côté, par le plus grand des hasards. Et si tout cela était orchestré, d'une manière ou d'une autre, par une entité bien plus grande que eux deux réunis. Et si. Lucy a toujours cru en le destin. Sam le sait. Ça avait été l'objet de discussions animés, de débat un peu idiots parfois. Pourtant, c'était un sujet à prendre au sérieux. Peut-être que tout cela était tracé. Et autant qu'ils étaient destinés à se rencontrer et à s'aimer, autant, de la même manière, ils étaient destinés à finir par se détester et se fuir. Et si, encore. Sam le sait, il referait le monde de cette manière. Et si Milo n'était pas mort. Et s'il n'était pas parti pour les États-Unis. Et s'il ne l'avait pas rencontrée, sa Lucy. Et s'il avait été plus présent. Et si, encore et toujours. Il se dit qu'il devrait arrêter de vivre dans le passé, et s'intéresser au présent, ainsi qu'au futur. Mais c'est difficile quand, une fois de plus, le destin lui plante sous les yeux quelque chose d'autre qu'il a raté, quelque chose qu'il aurait pu faire d'une autre manière, qu'il aurait pu réussir, en faisant un peu plus d'efforts. Bref. Ils arrivent chez lui, à l'intérieur. Il hésite un instant. Mais il l'invite à rentrer. Parce qu'il lui doit bien ça, parce qu'il ne peut pas juste lui dire de partir maintenant, lui balancer les clés au visage et faire comme si rien ne s'était passé. Puis, il y a cette petite part à l'intérieur, ce côté de lui qui l'aime toujours. Et il en souffre, il aimerait que les choses soient moins compliquées, il aimerait qu'aller de l'avant soit tellement plus simple. Mais rien n'est simple dans la vie il faut croire. Pour toutes ces raisons, il l'invite à rentrer. Et elle arrive, avec Durden qui suit joyeusement, malgré la pluie battante qui n'a de cesse de tomber. Les voilà dans sa nouvelle demeure. Il s'y sent bien, c'est l'essentiel. Ce qu'elle peut en penser elle, il ne veut pas savoir. Il ne veut plus. « Sam...je..je suis désolée pour tout » Il ne s'y attendait pas. Et ça tombe, là, comme ça, au milieu du silence. Il la regarde sans être sûr de réellement comprendre. Alors, elle veut avoir cette conversation ? Lui n'est pas sûr d'en vouloir. Il a peur de s'emporter. De la faire fuir, et que ça se termine mal, encore. Pas tant qu'il cherche à recoller les morceaux non. Mais si ça pouvait se finir, au moins de manière neutre. Il se dit que ce serait toujours ça de pris. « J'espère que tu pourras me pardonner un jour. » Il regarde ailleurs, les mâchoires un peu crispées. Il ne sait pas quoi répondre. Il a peur de s'emporter. D'être froid ou désagréable. Et il a peur d'être trop tendre aussi. Il n'en sait rien, jamais il ne s'est réveillé un seul jour dans sa vie, en se disant ; et si je planifiais la discussions post-rupture avec Lucy, dans l'éventualité qu'elle me trompe. Non. Ce qui l'attend, c'est l'inconnu, en quelque sorte. Et ça le fait flipper, carrément. Il échappe un soupir, et il relève les yeux vers elle. « Je sais que t'es désolée Lucy. Moi aussi je le suis, quelque part. Mais... ça sert à rien de revenir là-dessus je crois. » Il esquive la partie où il doit l'excuser un jour. Parce que c'est ça le truc. Il n'est pas sûr de vouloir ou de pouvoir la pardonner un jour. Il s'avance vers le coin cuisine, sort deux tasses. Oui, il part du principe qu'elle voudra un café. Quelque chose à boire. C'est juste les vieilles habitudes qui font ça. « Tu veux un café, quelque chose ? Je pense que tu peux te poser deux minutes. Ce serait la moindre des choses... » Il ne la regarde pas. Il regarde ses propres mains, et ce qu'il est en train de faire, histoire de ne pas arranger une ultime catastrophe dans sa cuisine. Il en a assez comme ça d'un pied dans le plâtre. « J'ai revu Clark aussi. Drôle de coïncidence, pas vrai. Sa tête avait l'air d'aller mieux. » J'aurais pas été contre lui faire un peu plus mal, tu vois. Il ne sait pas pourquoi il dit ça. Il ne veut pas lui faire du mal à elle. Et pourtant, le sujet ne semble pas être le plus approprié. Mais il a eu besoin de le dire. Comme si c'était la seule chose dont ils pouvaient discuter désormais, tous les deux.

_________________

    It's spiraling down, biting words like a wolf howling. Hate is spitting out each others mouths, but we're still sleeping like we're lovers. Still with feet touching, still with eyes meeting, still our hands match, still with hearts beating. @daughter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cap de monter? Cap de parler? ☼ Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Des radios communautaires pour parler d’environnement
» Orthographe et parler jeun's
» Se parler à soi-même...?
» [Terminé] Une soudaine envie de parler. (PV Elena. A Armstrong)
» « Te parler du bon temps, qu'est mort & je m'en fous ♥ »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AUCKLAND :: EAST-SIDE-