AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i get carried away (Alf)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

NOT A GIRL, A STORM WITH SKIN

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: north district.
Luck's karma:
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: i get carried away (Alf)   Dim 7 Juin - 14:33




Listen, I'm your friend (don't quote me)
But not a friend worth noting

@passionpit

Aujourd'hui le soleil plombe sur Auckland, plus que d'habitude. Des vagues de chaleur rendent tes mouvements de plus en plus fatigants, éprouvants. Tu respires et expires de l'air chaud. De l'air pollué d'UV. Chaque membre de ton corps souffre, s'alourdis. Tes lunettes de soleil sur la tête, ton casque audio sur les oreilles tu avances tranquillement, en direction de la plage. Ce n'est que plus tard que tu remarques une voiture suivant tes pas et que tu entends, maintenant que tu as baissé ta musique, les sons de klaxonnes qui retentissent. Tu baisses ton casque, le déposant le tour de ton cou. C'est bien toi qu'on klaxonne. Tu te retournes donc, les nerfs à vifs. S'il y a bien une chose que tu détestes c'est te faire interpeler de cette manière, comme un vulgaire animal dont on voudrait l'attention. « Y a un .. » problème. Ton regard croise enfin celui du conducteur, qui n'est autre que Alf. Abasourdie, tu retires tes lunettes, comme pour vérifier que tu ne rêves pas. Que ceci est bien réel et qu'il est bien au volant de cette automobile. C'est étrange de le voir ici. Il a vieilli. Toi aussi. Il rigole. Surement parce que te voir agacé l'amuse. Tu peux être vraiment amusante quand tu t'énerves. Ou alors, vraiment têtue et chiante. Mais dans les deux cas, tu t'emballes. Parce que c'est ce que tu fais, trop souvent. Tu sais rester calme, mais la situation doit s'y prêter. Et aujourd'hui, la chaleur fait pression sur ton cerveau, sur tes nerfs et tous ce dont ton corps est formé. « Alf ? Mais.. Qu'est-ce que tu fais ici ? » La moindre des choses aurait été de prévenir. Un retour en ville n'est pas quelque chose qu'on omet d'annoncer. Mais c'est tellement son genre. Tu ne lui en tiens pas rigueur. D'autres signaux de voiture viennent s'ajouter. Il gêne. Alors sans réfléchir, tu montes sur le siège passager. Comme si tu y avais toujours eu ta place. « Si tu bougeais de là histoire de ne pas ameuter nos grands amis les policiers. » Naturelle. Fidèle à toi-même. Alf fait partie de ces personnes avec qui tu peux être totalement toi-même, à l'aise. Tu reportes de nouveau ton regard sur lui. Ce qu'il a changé. Ce qu'ils ont changé. Tu souris à cette idée. Lui aussi. Comme au bon vieux temps, il redémarre et les voilà partis je ne sais où.

_________________

EITHER YOUR HEARD OR YOUR HEART,
YOU SET THE OTHER ON FIRE
if i find some way out, then i will stay, with heart split two ways down, like tears down my face. we'll find our way out, without a map just our hearts and when we get out we'll topple off your house of cards.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordinarypeople.1fr1.net

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: Il a eut l'occasion de confier son refuge à un autre pour changer de métier.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: i get carried away (Alf)   Dim 7 Juin - 16:27

Lorsque Alf faisait le tour de la ville, il s’arrangeait toujours pour longer les routes de plage, là où entre la ville et la mer, la circulation se faisait moindre. Et dès lors qu’il avait la route à lui tout seul, il s’en emparait sans plus attendre, son pied s’enfonçant dans cette pédale pour entendre ce rugissement ce moteur qu’il le faisait frissonner. Il était de ses hommes où ce bruit sauvage pouvait avoir le même effet que le susurrement d’une femme au creux d’une oreille. Mais il mettait quand même un point de plus pour les caresses féminines. Quoiqu’il  en soit, le soleil déclinait mais il avait décidé de cogner jusqu’au dernier rayon apparent. Les fenêtres grandes ouvertes de chaque côté de sa longue Cadillac noire, le blond avait ralentis en arrivant au nord de la ville, faisant moins le malin quand il savait que les flics pouvaient être dans les environs. Il s’était arrêté à un feu, le bras à l’extérieur qui allait surement lui valoir un ridicule coup de soleil. En regardant autour de lui, il remarqua le sourire d’un autre conducteur, bougeant lui aussi sa tête au rythme de la musique qui s’échappait de son véhicule. Ils s’échangèrent un rire avant de se saluer. C’est en continuant le long de la plage, qu’il se redressa soudainement dans son siège, tapant en plein milieu de son volant. La voiture noire, brillante, ralentit doucement, suivant la vitesse de marche d’une jeune femme qui se trouvait maintenant à sa hauteur. Et tout du long, le klaxon continuait d’attirer tous les regards sauf celui désiré.  Bon sang, elle avait toujours su se faire désirer. Il s’arrêta enfin, complètement, et elle se retourna enfin. Il aurait pu reconnaître cette blonde parmi un milliers d’autre. Son sourire s’étira soudainement quand elle se retourna, ce visage barbu, bien que mature, savait toujours autant exprimer une joie digne d’un enfant euphorique.  « Qu’est-ce que je fais là ? C’est tout ce que tu sais me c’est me dire après tout ce temps ? »

Ils s’étaient connus il y a sept ans de cela, à Sydney. Une relation qui allait et venait au rythme uniquement de la jeune femme qui revenait voir sa famille en Australie. Ils étaient jeune et c’était il y a un sacré moment. Ils avaient grandi, changé, comme il se disait en la voyant faire le tour de la voiture alors que derrière, d’autre klaxon s’était ajouté. Il avait encombré une voie à lui tout seul juste pour interpeller la jeune femme. Mais même en plein carrefour il l’aurait fait. Il ne pouvait pas laisser une telle occasion filée. Il redémarra quand elle fut enfin à ses côtés et c’était repartit. Comme ces nombreuses fois où il était passé la chercher, chaque fois dans un véhicule différent. Le blond détacha un instant son regard de la route pour la regarder elle. Elle, cette vieille amie qu’il était si heureux de retrouver ici. Parce que son retour à Auckland ne c’était pas fait dans la plus grande joie, alors c’était une bouffée d’air frais sous ce lourd soleil. « Regardez-moi ça ! T’es devenue une vraie femme maintenant. Dans mes souvenirs t’avais même une plus petite poitrine. »  Il avait baissé le volume de sa musique, riant pleinement. Il était tellement euphorique qu’il s’arrêta au plus vite dans un de ces petits carré de béton qui faisait face à la mer pour se garer. Il sortit d’un bond, s’empressant de la rejoindre quand elle fit de même. Il ouvrit grand les bras, pressé de l’enlacer. « Je suis rentré il y a une semaine ou deux. J’aurais forcément finit par t’appeler de toute façon. Après tout, je te dois bien quelque chose non ? » Cette fameuse promesse qui disait que si elle lui faisait découvrir Sydney, il ferait de même avec Auckland. Bien que cela fasse des années de cela, il y tenait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

NOT A GIRL, A STORM WITH SKIN

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: north district.
Luck's karma:
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: i get carried away (Alf)   Dim 7 Juin - 20:23

Il aborde le style barbu. Ce qui te fait doucement rire. Quand tu l'as connu, il avait encore un visage d'ange et la peau douce. Les choses ont bien changé, pas de doutes. Combien d'années sont passées ? Sept ans. Que le temps passe vite, c'est effrayant. Alors oui, c'est tout ce que tu as trouvé à dire. Par surprise, qu'aurais-tu pu dire d'autre ? Alf est la dernière personne sur laquelle tu pensais tomber aujourd'hui, de très très loin. Il te semble différent. Plus sage mais pas tant que ça, plus calme mais pas tout à fait. Dans sa façon de conduire tu ressens encore sa férocité pour l'aventure, la vitesse. Certaines choses ne changeront jamais et c'est peut-être mieux comme ça. « Regardez-moi ça ! T'es devenue une vraie femme maintenant. Dans mes souvenirs t'avais même une plus petite poitrine. » Tu percutes à ces paroles, te retournant vers lui en lui balançant ton poing sur son épaule. Définitivement, certaines choses ne changent pas. « Laisse ma poitrine en dehors de ça veux-tu ? Mais la barbe, on en parle. » A quelques mètres, il s'arrêta. Détourna sa voiture de collection et vint te serrer dans ses bras. Un peu trop fort pour ton corps si délicat à côté du sien. On dirait qu'il a aussi grandit. Ou alors c'est peut-être toi qui divague. Ils ne peuvent pas avoir autant changé, surtout qu'ils étaient déjà au maximum de leur croissance à l'époque. « Je suis rentré il y a une semaine ou deux. J'aurais forcément finit par t'appeler de toute façon. Après tout, je te dois bien quelque chose non ? » Ah, le bon vieux temps. En effet. Seulement tu t'es familiarisé depuis bien longtemps à ta nouvelle maison. Que tu connais finalement mieux que l'Australie où tu es née. Mais les promesses persistent chez lui. Il est comme ça. « Ahah ! Je me demande si ce n'est pas moi qui devrais plutôt te faire découvrir le coin désormais. Mais alors, qu'est-ce que tu fais ici ? Quel bon vent t'amène ? » Tellement de choses à rattraper, tellement de questions que tu meurs d'envie de poser. Mais le temps ne va pas s'évaporer, lui non plus. Et si c’est le cas, vos chemins se recroiseront, comme ils le font toujours. Tu souris à cette idée, à cette rencontre inattendue, à cette journée. Bien qu’il fasse trop chaud pour toi, bien que tu sembles t’étouffer. Parce que bizarrement, tu n’y penses plus.

_________________

EITHER YOUR HEARD OR YOUR HEART,
YOU SET THE OTHER ON FIRE
if i find some way out, then i will stay, with heart split two ways down, like tears down my face. we'll find our way out, without a map just our hearts and when we get out we'll topple off your house of cards.


Dernière édition par Liv Riggins le Lun 8 Juin - 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordinarypeople.1fr1.net

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: Il a eut l'occasion de confier son refuge à un autre pour changer de métier.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: i get carried away (Alf)   Dim 7 Juin - 23:39

« Eh ! » S’ecrit-il avec amusement alors que son poing venait de cogner rudement son épaule. Il fut tenté un instant de frotter celle-ci avant de se rappeler qu’il conduisait. Une activité tellement instinctive pour lui qu’il en oubliait parfois qu’elle demandait tant de concentration. Ils étaient sortis, le blond désirant n’avoir d’yeux que pour elle. Alors après une embrassade digne de ce nom, il prit appui sur le capot de sa voiture, la regardant avec un œil fermé à cause de ce satané soleil. Ça lui faisait drôle. Elle lui rappelait tellement de chose. Et pas que des moments passés ensemble mais tout simplement un style de vie qu’il abordait à l’époque, sans réelles responsabilité et contraintes. La jeune femme se moquait de lui, pensant qu’elle s’y connaissait mieux que lui maintenant. Il haussa un sourcil le tout dans une mimique encore plissée par les rayons lumineux. « J’ai vécu vingt ans ici je te rappel. T’étais même pas née encore la môme ! » Et à son tour, il porta son poing à son ventre mais dans une douceur bien plus contrôlée, seulement dans le but de la taquiner aussi physiquement. Puis il ne s’attarda pas pour lui expliquer la situation. « Mon père est tombé malade il y a quelques mois, il m’a supplié de revenir ici pour que je m’occupe de son refuge. Et le pire c’est que j’ai quand même hésité. J’avais tout là-bas. Mais ça commençait à devenir trop dangereux. Tu sais que je me suis recassé le poignet après ton départ ? » Il en riait de bon cœur, se souvenant du nombre de fois où la blonde s’était moquée de ses plâtres au lieu de s’inquiéter. Mais c’était ça qui l’avait plu et lui plaisait toujours chez elle. « Bref. Du coup me voilà, de retour à récupérer des clébards et des chats à tout va. Je t’ai dit que j’avais un grand cœur. » Finit-il en ironisant, haussant doucement les épaules. Il se tut un moment, ce sourire euphorique ne voulant pas se détacher de ses lèvres. Puis il trépigna, relançant la conversation. « Et toi alors ? Qu’est-ce que t’es devenue ? Dis-moi que t’as des enfants, j’ai toujours voulu devenir tonton. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

NOT A GIRL, A STORM WITH SKIN

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE: north district.
Luck's karma:
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: i get carried away (Alf)   Lun 8 Juin - 17:30

Il s'est définitivement assagi mais reste toujours aussi taquin et attachant derrière tous ces muscles. Toujours fidèle à notre bon vieux Alf. Soudain les paysages de Sydney te reviennent à l'esprit, la vie là-bas avait quelque chose de différent d'ici, quelque chose de temporaire, de vivifiant. Comme si rien ne comptait vraiment, comme si là-bas, tu pouvais être ce que tu voulais être, sans que ça soit étrange, sans qu'on te fasse de remarque. Là-bas, tu pouvais être différente, tenter d'autres choses, tester tes limites comme tu aimais si bien le faire. Tu t'es toi aussi assagi. Mine de rien. Qu'est-ce que vous est arrivé ? La vie. La vie vous est revenue en pleine tronche. Les responsabilités qu'elle entraine avec elle. Mais tu n'as pas perdu ton ouverture d'esprit pour autant. Tu t'es juste retrouvé moins challenger, pas autant que tu l'étais dans ta jeunesse. Ou les challenges apparaissent d'une toute autre manière. Tu en oublies presque qu'il a lui aussi vécu ici. Tu en oublies aussi la différence d'âge qui vous sépare. En effet. Que la vie est surprenante. Qui l'aurais-cru ? Toi, avec cet homme. Ah, la jeunesse ! Il te renvoie l'appareil, avec un semblant de coup de poing au niveau de l'abdomen. Par réflexe, tu te courbes. Sa main te paraît si géante. Le temps floute tellement de souvenirs que tu redécouvres petit à petit ton ami ici présent. Tu es désolé d'entendre ça à propos de son père. Tu ne l'as jamais rencontré mais il a l'air d'être un chic type. Un père du moins. Le danger. Tu ris à cette idée. S'il y a bien une chose qu'Alf adore, c'est le danger. Son être tout entier transpire, tremble, le danger. « Si on faisait l'historique de tes membres cassés tout au long de ton existence, on pourrait en écrire un livre ! » Cela ne t'impressionne même plus. C'est comme si ses os ne demandaient que cela. Au mot grand cœur tu souris, avec le genre mou de compassion que peuvent avoir les petites filles devant un petit chiot et d'un soupçon de moquerie. « Tu es donc bien loin de ton domaine dit donc ! » Passé des cascades aux soins d'animaux, c'est une sacrée évolution. On n'a pas souvent la chance d'en témoigner. Son sourire ressemble toujours à celui d'un enfant de quinze ans. C'est ce qui est dangereux chez lui. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle toutes les filles tombent dans le panneau. Sauf toi peut-être. Le panneau tu l'avais repéré, ça n'a juste rien empêché. « Trois à vrai dire ! Leurs noms ; No, Fucking et pour finir, le petit dernier, Way. » Tu veux des enfants bien sûr, plus tard, ou alors c'est peut-être déjà tard pour toi. Espérons que non. Mais pour avoir des enfants, il faudrait déjà que tu trouves quelqu'un et ça les amis, c'est une toute autre affaire. « Mais toi, tu es surement papy à l'heure actuelle non ? » Tu le charries. Parce que tu adores ça. Charrier les autres, c'est ta seconde passion. Ce que tu peux tellement ressembler à un mec parfois.

_________________

EITHER YOUR HEARD OR YOUR HEART,
YOU SET THE OTHER ON FIRE
if i find some way out, then i will stay, with heart split two ways down, like tears down my face. we'll find our way out, without a map just our hearts and when we get out we'll topple off your house of cards.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordinarypeople.1fr1.net

TRY AGAIN, FAIL BETTER.

avatar


{ CONCRETE WALL }
ADRESSE:
Luck's karma: Il a eut l'occasion de confier son refuge à un autre pour changer de métier.
RÉPERTOIRE:

MessageSujet: Re: i get carried away (Alf)   Jeu 11 Juin - 3:20

« Trois à vrai dire ! Leurs noms ; No, Fucking et pour finir, le petit dernier, Way. » Aflie était resté l’air ahuris quand il crut comprendre qu’elle avait bien des enfants. Et trois de surplus. Plus sérieusement, il aurait été ravis pour elle et l’aurait supplié, enfin, il se serait carrément imposer en tant qu’oncle. Mais quand il comprit mieux sa ruse, ce fut l’hilarité totale. Et qui plus est, le blond était bien connu pour ce rire si charmant, celui qui aurait même pu arracher un sourire à un pince sans rire. Il était conducteur de bonne humeur. Il essayait de s’en remettre, rabaissant les poils de sa barbe vers le barbe. « C’est ça fous-toi de moi jeune fille ! » Il s’était franchement assis sur le capot de sa voiture, les jambes étendus jusqu’au pied de la jeune femme. Sa bêtise lui en avait fait mal aux lèvres. Mais il devait bien lui reconnaître ça, cet humour et ce répondant qu’il l’avait tant aimé titiller. Il n’empêche que, pour en revenir à sa remarque, il n’était certes pas en couple, marié et bien casé. Sauf que cette bonne centaine de pensionnaire à poil, écailles, quatre ou deux pattes étaient bien comme ses enfants. Le silence s’installa pour la première fois depuis leurs retrouvailles entre eux. Juste des regards qui, bien qu’intense, ne semblaient cacher aucun sous-entendu. Oui, il ne pouvait pas cacher avoir eu relation avec elle. Il y avait quelque chose d’insouciant, de spontané que jamais, maintenant, ils pourraient reconstruire. Trop adulte ? Trop vieux ? Trop réfléchis peut-être. Alf sortit soudainement de ses pensées, se redressant de son capot qui commençait à sévèrement brûler sous ce soleil. Il claqua dans ses mains alors qu’une idée lui venait à l’esprit. Pas très loin, il était sûr de pouvoir faire découvrir un coin sympa à la jeune femme. « Si je t’invite à boire un verre tu vas me rembarrer comme la première fois ou tu t’es radoucie ? Il contournait sa voiture dont il n’était pas peu fier, et bien qu’il lui faisait maintenant dos, il avait soutenu son regard sur la blonde jusqu’à ce que son cou le rappel à l’ordre. Il aimait toujours autant ressortir cette anedocte. Puis il ouvrit de nouveau sa portière pour en tirer son portefeuille en cuir, lui forçant la main. C’est moi qui paie. T’as pas le droit de refusé. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: i get carried away (Alf)   

Revenir en haut Aller en bas
 

i get carried away (Alf)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Carried away by a moonlight shadow ♫ (Xaldin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: THE OBVIOUS CHILD :: escape-